Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Partout ailleurs
De 7 à 11 ans
Du 24 janvier au 9 février 2018
Mia, neuf ans, et sa fidèle acolyte se préparent en catimini à découvrir le monde. Munies d’un casque de hockey et d’un sac à dos bien rempli, les voici qui s’entraînent à vivre loin de ceux qu’elles aiment et à dormir sans crainte dans la nuit obscure… Mais ce rêve de partir est aussi une fuite en avant pour échapper à une grande peine d’amitié qui a laissé des blessures encore vives. Peut-on vraiment laisser ses peines derrière soi ? Et l’aventure est-elle bien là où l’on croit la trouver ?

UNE MISE EN SCÈNE LUMINEUSE

Tous les éléments sont réunis pour faire de Partout ailleurs un spectacle remarquable, tant la sensibilité du texte, qui dépeint de grands émois avec une tendre finesse, que la mise en scène, qui s’appuie sur la force évocatrice du théâtre d’ombres. Partout ailleurs est un spectacle vibrant, qui donne à lire ce qui traverse la tête et le cœur de la jeune Mia.

Quand on a neuf ans, qu’on est persuadée que nos amies nous ont trahie et qu’on ne peut plus leur faire confiance, la terre peut bien s’écrouler. Mia aura besoin de l’aide et du réconfort de Mia-Mia, son indéfectible complice, qui l’aidera à mettre au point son plan d’évasion. D’une façon émouvante et drôle, les deux acolytes feront face aux grands bouleversements que provoque une amitié d’enfance.


Texte Rébecca Déraspe
Mise en scène Dinaïg Stall
Interprétation Marie-Ève Bérubé et Marianne Dansereau


Crédits supplémentaires et autres informations

Scénographie Julie Vallée-Léger
Collaboration artistique Marie-Christine Lê-Huu
Régie des ombres : Noë Cropsal
Lumières : Marie-Aube St-Amant Duplessis
Conception sonore : Nancy Tobin
Coordination de production : Chloé Ekker
Régie générale et direction technique : Maude Serrurier
Assistance à la mise en scène : Olena Khomyakova
Atelier de construction de décor : Machine design appliqué
Coupe et confection du manteau de fourrure : Helen Rainbird
Assistante aux accessoires : Catherine Goerner

TARIFS

Spectacles
réguliers

Spectacles intimes*

À LA CARTE (à partir du 5 juin 2017) 17,00 $ 20,00 $
Abonnement 2 spectacles 15,00 $ 18,00 $
Abonnement 3 spectacles et + 13,00 $ 18,00 $

Tarif par personne par spectacle. Taxes en sus.
Frais d’administration inclus. Frais de 2 $ pour envoi des billets par la poste.

*Les spectacles intimes, parce qu’ils sont présentés devant un petit nombre de spectateurs installés sur la scène, vous font vivre une expérience de proximité avec les artistes. Places limitées.

Durée 80 minutes

Production Théâtre de l'Avant-Pays


______________________________________
Critique disponible
            
Critique

critique publiée en 2017, lors de la création durant le Casteliers 2017

À la Maison de la culture Frontenac un jeudi après-midi, Partout ailleurs de la dramaturge et ancienne collaboratrice à Montheatre.qc.ca, Rébecca Déraspe, connaît son avant-première. Destinée au public de sept ans et plus, cette nouvelle création laisse présager de belles choses.

L’auteure voit une autre de ses œuvres, Gamètes, donnée présentement à La Petite Licorne sous la direction de Sophie Cadieux avec Annie Darisse et Dominique Leclerc. Cette fois-ci, c’est au tour d’un autre duo d’actrices, Marianne Dansereau et Marie-Ève Bérubé, de donner vie à cette langue colorée et sans complexes. Dans une mise en scène de Dinaïg Stall, cette proposition du Théâtre de l’Avant-Pays (dont on a pu voir Mémoire de Lou au Festival Petits Bonheurs et Ma mère est un poisson rouge à la Maison Théâtre l’automne dernier) aborde les zones parfois sombres des relations humaines.

Depuis ses débuts, la compagnie cherche à interroger les différentes spécificités de l’art de la marionnette. Ici, seuls les jeux d’ombres seront exploités. Pendant près d’une heure, la représentation scrute le quotidien de deux gamines, dont une attachante Mia de neuf ans, qui espèrent partir à la conquête du monde. Elles doivent apprendre à ne pas s’ennuyer des êtres proches et à dormir sans frayeur dans le noir. Or, cette envie de départ cache aussi des peines d’amitié. Entre le désir de rupture et celui de préserver des liens affectifs, le cœur de Mia balance.

Juste avant le spectacle, la metteure en scène vient préciser aux jeunes spectateurs que l’harmonisation des jeux d’éclairage conçus par Marie-Aube Saint-Amant Duplessis n’est pas encore tout à fait à point. La première moitié de Partout ailleurs se déroule dans une certaine sobriété. Le traitement s’en retrouve plus épuré que dans les précédentes réalisations de l’Avant-Pays: moins de fantaisie avec la manipulation des objets comme dans Ma mère…, moins d’émotions que dans Mémoire de Lou. Le travail d’ombres et de lumières de Partout ailleurs comporte au tout début quelques moments plutôt cocasses (avec, par exemple, les parents de Mia qui s’expriment pendant que nous entendons des bruits insolites). Visuellement, le travail scénique devient beaucoup plus évocateur dans la deuxième moitié, notamment lorsque les deux amies prennent davantage de liberté dans leur quête. Plus tard, lorsque la reproduction d’un plan d’évacuation surgit en fond de scène, l’émergence d’éclairages mauves confère à la production une autre séquence magnifique. Par ailleurs, la conception sonore de Nancy Tobin marie sans difficulté des styles éclectiques, comme un court extrait d’un air plus funk et de la musique orchestrale plus classique. Mentionnons aussi une scénographie ingénieuse de Julie Vallée-Léger avec ses différents panneaux verticaux et horizontaux.

L’une des faiblesses de la pièce se répercute au travers du texte. Si l’écriture de Déraspe évite les stéréotypes quant à l’amitié des deux filles («pas quétaine», pour reprendre les mots de l’amie de Mia), elle aurait mérité une progression dramatique plus accentuée. Vers la fin, il se dégage un sentiment d’avoir tourné en rond quant aux relations avec les divers personnages évoqués tout au long du récit.

L’interprétation se révèle juste, particulièrement chez Dansereau (remarquée dans une précédente édition des Zurbains), très énergique sous les traits d’une Mia à la fois révoltée et craintive face à son entourage. Marie-Ève Bérubé  ne bénéficie pas toutefois d’un rôle aussi développé que sa partenaire de jeu.  

Malgré tout, quand Mia affronte enfin ses peurs, son envol apporte une touche émouvante à ce Partout ailleurs toujours en construction.  

10-03-2017
 
Maison Théâtre
245, rue Ontario Est
Billetterie : 514-288-7211

Facebook Twitter