Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Hosanna
Du 15 mai au 10 juin 2018

The 2015 quadruple META-winning production by Montreal’s Tableau D’Hôte Theatre, and the first ever professional English production of Michel Tremblay’s seminal success in the playwright’s hometown. Hosanna, a.k.a. Claude Lemieux, returns home in tears after being cruelly betrayed by her lover and friends at a Halloween party. Over the course of one tumultuous evening that volleys dizzily between catty quips and gut-wrenching honesty, the Cleopatra impersonator comes face to face with her deepest fears and insecurities. In a world that forced her to wear a mask to fit in, will the need for love, to be seen for who she truly is, outweigh the dread of shedding her illusions?


Texte Michel Tremblay
Traduction John Van Burek & Bill Glassco
Mise en scène Mike Payette


Crédits supplémentaires et autres informations

Première mondiale

Une production A Tableau D’Hôte Theatre Production
Une présentation du Centaur Theatre


______________________________________
Critique

critique publiée en 2015

Plusieurs des pièces de Michel Tremblay ne se démodent pas et elles continuent à prendre l’affiche sur les scènes montréalaises tant francophones que du côté anglophone. Par exemple, les Belles-Sœurs, une pièce datant de 1968, a su reconquérir le public montréalais dans une version musicale présentée d’abord en français puis en anglais. Cette fois-ci, c’est Hosanna, une pièce de 1973 qui est présentée pour la toute première fois à Montréal dans sa version anglaise par le Théâtre Tableau D’Hôte au Mainline Theatre. Cette pièce était révolutionnaire il y a plus de 40 ans par sa façon d’aborder l’homosexualité, mais elle comportait aussi en filigrane un reflet du contexte sociopolitique du Québec en pleine crise identitaire.  Maintenant, la pièce ne présente plus tout à fait les mêmes enjeux : la société a changé, les mœurs ont évolué et tant les couples gais que les personnes transsexuelles prennent place sans tabous dans l’espace médiatique et les arts. Ce qui reste, profondément, des propos que Tremblay a mis de l’avant dans cette pièce est la relation de couple entre Hosanna et Cuirette : un lien rudement mis à l’épreuve après une soirée humiliante pour Hosanna.

Claude Lemieux, aussi connu sous le nom d’Hosanna parmi ses amis travestis, habite un modeste appartement à proximité de la Plaza Saint-Hubert. Son conjoint Cuirette, ou de son vrai nom Raymond, trouve que son appartement empeste le parfum cheap et se plaint de l’affiche lumineuse qui s’allume et s’éteint à longueur de journée à même leur fenêtre. Au retour d’une soirée où leurs amis ont joué un tour à Hosanna qui est maintenant dans tous ses états, le couple multiplie les prises de bec et les reproches. Hosanna s’est costumée en Élizabeth Taylor de Cléopâtre, mais son rêve qu’elle caressait depuis si longtemps s’est écroulé puisqu’elle n’a pas pu avoir son moment de gloire tant espéré. Les vérités à coup de mots tranchants fusent dans le couple : Hosanna vieillit et entretient toujours un rapport trouble avec son identité sexuelle, tandis que Cuirette grossit et n’est plus l’homme qu’il était, jouant la ménagère pendant que Claude travaille comme coiffeur pour subvenir à leurs besoins.

La traduction de John Van Burek et Bill Glasco réussit à transmettre une part de joual si propre à l’écriture de Michel Tremblay. Les mots utilisés sont simples, sans détour et rythmés, et certaines parties de répliques comportent leur lot de mots et d’accents québécois. Davide Chiazzese dans le rôle de Cuirette offre une répartie habilement nuancée entre la masculinité qu’il souhaite projeter et la sensibilité inhérente au personnage, mais c’est surtout Eloi ArchamBaudoin qui retient l’attention en dosant justement la grandiloquence d’Hosanna pour projeter toute l’humanité de ce rôle malgré ses répliques incisives.

La pièce se déroule dans un décor plutôt fidèle aux propos de la pièce, avec son enseigne clignotante «Beaubien», son bureau de style coiffeuse et son divan-lit, tout comme la mise en scène de Mike Payette demeure sobre et sans grande surprise.

La présentation est honnête, mais sans artifices. Il n'en demeure pas moins qu'Hosanna réussit à interpeller le public sur la quête d'identité sexuelle, même si cette quête semble maintenant reléguée au second rang. Loin des remous que la pièce a pu causer en mettant de l'avant l'homosexualité dans les années 70, il reste principalement de l'histoire d'Hosanna une habile exploration des fissures que le temps peut laisser sur une relation amoureuse. 

22-03-2015
 
Centaur Theatre
453, St-François-Xavier
Box office : 514-288-3161

Facebook Twitter

Dates antérieures (entre autres)

Du 17 au 29 mars 2015 - MainLine Theatre
Du 6 au 23 juillet 2017 - Centaur