MonTheatre.qc.ca, votre site de thtre
Du 13 au 24 octobre 2010, 20h
Possible Worlds
Written by John Mighton
Directed by Liz Valdez
Cast Matt Goldberg as Williams, Eric Hausknost as Berkley, Heidi Hawkins as Joyce, Dan Jeannotte as George and Anders Yates as the scientist

Possible Worlds is a sci-fi love story, a philosophical murder mystery, a tragedy stretched across multiple universes. At its heart is an emotional, intelligent romance that will keep you questioning reality long after the lights come up.

What is imagination and how does the brain work? Should we ethically and morally allow certain scientific advancements? And at the core of it all, what is the soul? If time is not linear, is there something bigger outside of us driving us to where we should be- is this the soul?

Set and costume design by Lara Kaluza,
Lighting by David-Alexandre Chabot
Sound by Ted Stafford.
Stage Manager Paul Brian Imperial

Matinées: Saturdays, Oct. 16 and Sunday, Oct. 24, 2:00 pm

$20 General Admission


$15 for students
or 4 tickets for $68 with the MainLine FourPlay card
Pay-what-you-can: Preview, Wed. Oct. 13
Two-for-one: Sat. matinee Oct. 16, and Tuesday, Oct. 19, to help spread word of mouth

Production Uncalled For

MainLine Theatre
3997 St-Laurent
(514) 849-3378 or online
Delicious
______________________________________
 Critique
Critique
Imprimer la critique

par David Lefebvre

Qu’est-ce que l’imagination? Quelle est l’étendue de son pouvoir? Qu’en est-il de la conscience humaine? Comment le cerveau érige-t-il cette conscience et arrive-t-il à traduire les émotions? L’auteur, philosophe et mathématicien canadien John Mighton explore ces quelques thèmes dans la pièce de science-fiction Possible Worlds, écrite en 1990 et récipiendaire du Prix littéraire du Gouverneur général de la catégorie théâtre.

Pièce à cheval entre le style expressionniste, policier et philosophique, Possible Worlds propose l’histoire de George, un homme qui a la capacité de voyager consciemment à travers de multiples mondes parallèles, dans lesquels il tente de conquérir sa femme Joyce, morte noyée il y a quelques années. Sans cet amour, il n’arrive plus à avancer, à cheminer. Mais dans l’un de ces univers, George est retrouvé mort, le crâne ouvert, le cerveau manquant. Deux détectives tenteront de résoudre le mystère, beaucoup plus étrange qu’il n’y paraît.

Possible Worlds est la première production dramatique de la troupe Uncalled For, compagnie résidente du MainLineTheatre, qui donne habituellement dans l’improvisation expérimentale. La mise en scène de Liz Valdez se concentre sur les actions du protagoniste, ses voyages et ses tentatives d’entrer en contact avec l’amour de sa vie, laissant l’enquête policière loin au second plan. Les questions morales à propos de la recherche scientifique sur les cerveaux d’animaux et d’humains sont aussi mises de côté, réduites à une simple curiosité. Elles sont étrangement portées par les policiers, qui devraient plutôt incarner la justice morale. Prônent alors ici les potentiels infinis de l’esprit et des différentes réalités – plutôt, des différentes perceptions de la réalité. Pour ce, on a judicieusement épuré l’espace de jeu : de simples rideaux blancs ferment la scène, que l’on tire ou pousse, provoquant ainsi un sentiment vaporeux, surréaliste, onirique. L’image finale, en théâtre d’ombres, laisse par contre perplexe, quand la pièce aurait pu aisément se terminer sur les derniers mots du personnage principal.

Dan Jeannotte interprète un jeune George incarné. Ces nombreux sauts entre les réalités sont sentis, convaincants – l’expérience du comédien en danse n’y est pas étranger. On comprend aisément le désarroi de l’homme, qui tente désespérément de saisir le moment. Mais on ne peut en dire autant du reste de la troupe. Heidi Hawkins, qui interprète honnêtement les nombreuses Joyce, joue à la limite de son personnage, dramatisant certaines actions qui n’ont pas lieu d’être. Et on croit peu aux motivations professionnelles des deux policiers (Eric Hausknost et Matt Goldberg) et du scientifique (Anders Yates), dont la présence devient presque accessoire.

Malgré le peu de moyens de la troupe, une ligne directrice portant davantage sur la quête amoureuse que sur le questionnement moral, philosophique ou scientifique des thèmes sous-jacents, Possible Worlds offre aux spectateurs de découvrir, grâce à une mise en scène sobre mais d’une belle efficacité, un texte tout aussi intelligent, intrigant qu’accessible.

À voir, le film Possible Worlds, de Robert Lepage, avec Tilda Swinton et Tom McCamus (2000).

14-10-2010

Retour à l'accueil