Mon(Theatre).qc.ca, votre site de théâtre
Bonne retraite, Jocelyne
Du 9 octobre au 10 novembre 2018, du mardi au jeudi 19h, vendredi 20h, samedi 16h
Supplémentaires du 4 au 15 juin 2019

Jocelyne convoque les siens à une réunion familiale. Mais la nouvelle qu’elle désire annoncer tombe à plat. Les convives semblent davantage intéressés à donner leur avis sur le TDAH du collègue de Brigitte, la maltraitance des dauphins ou la peine d’amour de Keven qu’à nouer de véritables échanges. La rencontre sous tension revêt rapidement des allures de tribunal populaire. Dès lors, de vieux démons ressurgissent.

Une confrontante rencontre de famille qui, dans un humour cinglant, questionne la culture du vide, les conversations futiles et les troublantes conséquences d’un monde pétri de jugements décomplexés. Une charge contre l’ignorance qui n’épargne personne.

Fabien Cloutier est de retour avec ce deuxième texte écrit dans le cadre de sa résidence d’auteur à La Licorne, dont il signe aussi la mise en scène. Le premier, Pour réussir un poulet, acclamé par le public et la critique, lui a valu un prix littéraire du Gouverneur général en 2015. Le public de La Licorne a pu apprécier maintes fois la plume acérée de Fabien Cloutier, que ce soit avec Scotstown, Cranbourne ou Billy ( Les jours de hurlement ).


Texte et mise en scène Fabien Cloutier
Avec Jean-Guy Bouchard, Josée Deschênes, Claude Despins, Sophie Dion, Lauren Hartley, Éric Leblanc, Brigitte Poupart, Vincent Roy et
Lauriane S. Thibodeau


Crédits supplémentaires et autres informations

Assistance à la mise en scène Emmanuelle Nappert
Scénographie Cooke-Sasseville
Costumes Maude Audet
Éclairages Leticia Hamaoui
Musique Luc Lemay
Assistance aux costumes Vanessa Cadrin

  Prix à la carte 3 à 7 spectacles «Mordus» 8 spectacles et +
  Abonnement Premier arrivé Abonnement Premier arrivé
Régulier 35,50$ 28,75$ 25,75$ 25,75$ 22,75$
65 ans et + 29,50$ 25,75$ 22,75$ 22,75$ 19,75$
30 ans et – 25,50$ 22,75$ 19,75$ 19,75$ 16,75$

Le prix du billet comprend les taxes, les frais de billetterie et il inclut un montant de 50 sous qui viendra appuyer le travail de développement dramaturgique.

Durée -

Tête-à-tête : jeudi 18 octobre

Une production La Manufacture


______________________________________
Critique disponible
            
Critique





Crédit photos : Suzane O'Neill

Jocelyne, fonctionnaire depuis 30 ans, réunit toute sa famille pour lui annoncer son départ précoce à la retraite. S’ensuivent 70 minutes de dispute, de jugements et de mesquineries. Les opinions sur l’autisme, le TDAH, la défense des animaux, la façon dont devraient être redistribués les impôts et les taxes pleuvent de toute part. Tout le monde parle, personne ne s’écoute. Avec 9 comédiens sur scène, il en résulte une cacophonie impressionnante.

L’an dernier, Fabien Cloutier était aussi auteur et metteur en scène de Pour réussir un poulet. Reconnu pour ses dialogues-chocs, il aime pousser la réflexion. Cette année avec Bonne retraite, Jocelyne, il veut traiter de l’hyperindividualisme. Les personnages ne cessent d’affirmer des faussetés : les TDAH sont des lâches, les autistes sont retardés, et ce, sans que personne ne contre-argumente. Cloutier joue avec les préjugés, la désinformation en accentuant la médiocrité des personnages. Alors que certains spectateurs s’amuseront du deuxième degré, d’autres pourraient peut-être se reconnaître et se conforter dans ces opinions qu’ils partagent avec les personnages. Résultat : on peut sortir de la salle complètement épuisé ou découragé, mais ébranlé. 

Bonne retraite, Jocelyne est un portrait bien triste du manque de sensibilité, d’empathie et d’écoute entre des personnes qui devraient s’épauler et se soutenir et grandir ensemble.

Les comédiens sont tous remarquables, constamment en train de s’interrompre les uns les autres, et le font étonnamment de manière très fluide. La plupart des personnages sont très caricaturaux : Josée Deschênes interprète Jocelyne la fonctionnaire, Lauren Hartley et Lauriane S. Thibodeau, ses filles Ève, empathique hypersensible, et Viviane, bruyante et colérique. Brigitte (Brigitte Poupard) est hautaine, cruelle et méprisante, et son conjoint Jean (Claude Despins) ne prend pas beaucoup de place. Paul (Jean-Guy Bouchard), le frère ainé, semble un peu égaré, mais tout à fait gentil. La dernière section de cette famille est composée de Justin (Éric Leblanc), frère moins nanti de Jocelyne. Sa conjointe est Jeanne (Sophie Dion), l’idiote de service, et leur fils Kevin semble être sur le spectre de l’autisme. Mention toute spéciale à Vincent Roy qui joue ce dernier avec beaucoup de nuance et de délicatesse.

La scénographie du duo Cooke Sasseville est surprenante. En entrant dans la grande salle de La Licorne, alors que l’on pourrait s’attendre à une salle à manger ou une terrasse, on fait face à une jungle. Des palmiers parsèment le décor. Le duo exprime, dans le programme, avoir voulu faire allusion à la préhistoire, à un vivarium, voire un naufrage. Cela s’avère très à propos, puisqu’à la manière des naufragés de l’ile de Gilligan, la famille de Jocelyne semble n’avoir rien qui ne les rassemble, sinon un accident en haute mer qui les force à se côtoyer.

La conception musicale de Luc Lemay donne le ton dès le début de la pièce ; une mélodie angoissante qui ne laisse présager rien de bon. Malheureusement, pour le reste de la représentation, l’ambiance sonore se laisse oublier, les dialogues prenant une part tant importante qu’on ne remarque plus la musique.

La mise en scène de Fabien Cloutier est plutôt stagnante, apportant une stabilité aux chaos des dialogues. Comme le décor verdoyant prend beaucoup d’espace, il n’en reste que très peu pour les comédiens. Le fait qu’ils soient coincés les uns avec les autres physiquement reflète bien le sentiment qu’ils peuvent être « prisonniers » de cette famille. 

Bonne retraite, Jocelyne est un portrait bien triste du manque de sensibilité, d’empathie et d’écoute entre des personnes qui devraient s’épauler et se soutenir et grandir ensemble. Même lors d’un événement rassembleur, autour duquel Jocelyne confie ses craintes et ses vulnérabilités, chacun est aux prises avec ses propres préoccupations. Jeanne présente d’ailleurs un monologue très touchant et vulnérable sur les difficultés financières que sa famille a dû surmonter. Kevin quant à lui, parle ouvertement de sa peine d’amour. Mais parmi toutes ses belles occasions de se rapprocher, les membres de cette famille ne font que bâtir des murs les séparant les uns des autres. À la fin de tout ça, aucun des personnages n’en ressort meilleur. Peut-être le public saura-t-il en tirer leçon à mettre en pratique lors d’une prochaine réunion familiale.

14-10-2018
 
La Grande Licorne
4559, avenue Papineau
Billetterie : 514-523-2246

Facebook Twitter Instagram YouTube