MonTheatre.qc.ca, votre site de thtre
Du 30 novembre au 18 décembre 2010
Naissances
Auteurs, metteurs en scène et comédiens : Francine Alepin, Gary Boudreault, Simon Boulerice, Stéphane Demers, Catherine Vidal
Direction artistique : Daniel Brière et Alexis Martin

Naissances est une aventure singulière proposée à cinq créateurs : inventer une histoire, l’écrire, la jouer et la mettre en scène, seul et dans un appareil scénique minimal ; créer une représentation mini-théâtrale, autonome, autosuffisante, autarcique ! L’acteur/créateur contrôle tous les éléments de sa représentation, en tire les ficelles, s’offre en pâture au public; un public restreint pour l’occasion, un groupe de tout au plus vingt personnes, un micropublic ! Artiste et spectateurs sont projetés dans une dimension plus intime de la représentation, sont conviés à revisiter l’échelle de ce qui est proprement théâtral ! Le théâtre, est-ce nécessairement ce qui est large, emphatique, grossi ? Ou encore un art de la condensation, de l’extrême concentration, du ramassement ? Ah ! Encore une question esthétique fondamentale que le NTE offre, non seulement aux aficionados, mais aussi au grand public, car :

Les cinq minis spectacles de 12 minutes chacun, seront offerts à la suite d’une traversée du théâtre Espace libre, une façon ludique de découvrir un des lieux importants de la création théâtrale montréalaise ; les œuvres réunissent des créateurs aux horizons très différents et promettent une belle variété ; un entracte vient interrompre le périple du spectateur pour le convier au salon lounge expérimental animé par Daniel Brière et Alexis Martin .

Naissances : qui est là ? Un enfant ? Une ville qui naît ? Une nation ? Un sentiment étrange ? Un homme, une femme, un couple? Un geste artistique ? Mettre au monde ? Naissance ?

Du mardi au samedi à 20 h
Samedi 4 décembre 16 h seulement
Jeudi 9 décembre à 19 h, suivi d'une discussion
Vendredi 10 décembre à 18 h 30

Scénographie : Michel Ostaszewski
Eclairages : Erwann Bernard
Conception sonore : Benoît Durand-Jodoin
Direction technique : Geoffrey Levine
Régie : Michel Forget

Production : Nouveau Théâtre Expérimental

Espace Libre
1945, rue Fullum
Billetterie : 514-521-4191
Delicious
______________________________________
 Critique
Critique
Imprimer la critique

par Sara Fauteux

C’est à une drôle de soirée que nous convient les directeurs artistiques de l’Espace Libre et du Nouveau Théâtre Expérimental. Jusqu’au 18 décembre, cinq créateurs occupent chacun un espace du théâtre Espace Libre pour nous présenter un court spectacle autour du thème de la naissance. Il n’y a pas de restriction, ce thème est interprété librement par les artistes et présenté à leur manière. Ce qui est imposé, par contre, c’est la forme minimaliste que doit prendre cette représentation.

Dans la performance qui se rapproche le plus d’une forme classique de théâtre, Simon Boulerice nous présente la naissance d’un sentiment. Francine Alepin utilise son corps pour mettre en scène un poème mythologique. Gary Boudreault se transforme en conteur et explore le langage en mélangeant croyance populaire et science. Stéphane Demers installe une atmosphère enivrante avec un décor minimal et finalement, Catherine Vidal s’inspire de l’œuvre de l’artiste visuel Joseph Cornell en nous présentant de petits tableaux où l’on suit un garçon à travers différents moments de l’histoire.

Selon Alexis Martin, le minimalisme magnifie la pensée. Il n’y a pas d’échappatoire. Chaque artiste sollicité a dû puiser dans son expérience de la vie et de l’art pour élaborer sa création. Il est certain que des idées très fertiles ont été soulevées par ces spectacles minimalistes, mais la sauce ne prend pas vraiment et chacune de ces performances présente un intérêt bien limité. Selon les goûts et les préoccupations de chaque spectateur, certains amusent, divertissent ou ennuient, mais aucun ne parvient à soulever quelque chose de véritablement intéressant. 

Pour permettre à tous les spectateurs de voir chaque représentation et de circuler sans confusion parmi les différents espaces occupés par les artistes dans le théâtre de la rue Fullum, les concepteurs ont dû mettre en place une certaine logistique. Cette organisation est un peu fastidieuse et amoindrit l’intérêt du spectacle. Espérons que les premiers soirs de représentation aient permis un ajustement qui rendra cette logistique plus discrète aux yeux du public afin qu’ils puissent profiter de chaque représentation sans dérangement.

En présentant ce spectacle à la forme originale, Alexis Martin et Daniel Brière ont tenté d’explorer ce que pouvait être le théâtre sans le côté grandiose. De nos jours, représentation rime souvent avec majestueux et le contenu est parfois négligé au profit du spectaculaire. Ils ont également voulu explorer le rapport du spectateur à l’artiste et de l’artiste à son public. C’est pourquoi le public est divisé et qu’il n’y a tout au plus qu’une vingtaine de spectateurs à la fois pour chaque spectacle. Cela crée une situation de proximité qui est, en effet, assez inhabituelle au théâtre.

Ce concept est né d’une volonté de repousser les limites du théâtre, ou plutôt de voir à quel point on peut minimaliser cet art tout en en conservant l’essence. La question se pose en effet, s’agit-il vraiment de théâtre? Qu’est-ce que le théâtre, outre sa forme, sa scène, sa salle, ses spectateurs? Il y a un côté magique et sacré qui est ici bousculé. Naissances n’est pas nécessairement un spectacle très réussi dans l’ensemble, malgré certains bons moments individuellement, mais l’idée valait la peine d’être explorée et l’on salue l’audace du Nouveau Théâtre Expérimental qui nous semble ici remplir son mandat en prenant un risque et nous forçant à questionner notre manière d’envisager le théâtre.

07-12-2010
Retour à l'accueil