Complètement Cirque – «Six°» : Après la pluie…

par | 16 juillet 2021

Aux gais pépiements d’oiseaux qui accueillent le public de la TOHU à l’entrée en salle succède bientôt le torrent d’une averse et même le grondement d’un orage, alors que la porte de la maison sur scène s’ouvre pour laisser entrer un premier naufragé. À l’aube de leur 10e anniversaire, et à l’occasion de leur 100e représentation à la TOHU, FLIP Fabrique nous convie à une nouvelle création absolument adorable.

Photo : Stéphane Bourgeois

Mettant en scène l’expérimenté et talentueux jongleur-acrobate Jamie Adkins et quatre jeunes artistes qui sortent à peine de l’école de cirque, Six° offre une agréable accalmie dans le tourbillon ambiant. « Six° » comme dans six degrés de séparation, ou plutôt six degrés d’interconnexion qui rapprochent à travers les époques, les émotions et la pluie (toujours la pluie!). La maison de Six°, aux allures de salle d’attente, est habitée par ceux et celles qui y trouvent refuge, invités par une lettre mystérieuse et accueillis par une voix désincarnée qui surgit de nulle part quand on s’y attend le moins, façon Big Brother. Les personnages s’abritent dans cette salle à la décoration fatiguée, le temps de se confronter à eux-mêmes pour comprendre qui ils sont et ce qu’ils pourraient être, et qui sait, de s’ouvrir aux autres.

« L’orage rajeunit les fleurs », fait la voix de la maison, en citant Charles Beaudelaire ; on aurait envie d’ajouter « et les coeurs » tant ce spectacle est une petite bulle de joie qui ne cesse de gonfler au fil des minutes. Si la sélection musicale qui forme la trame sonore de Six°, entre les gouttes de pluie, ne vous donne pas envie de sourire, le plaisir évident des cinq artistes en scène le fera assurément. De 1959 avec Gloria à 2008 avec Robert, en passant par le 1991 de Mathilde et Robert, et le 1976 d’Arturo, dans l’ordre et le désordre, FLIP Fabrique nous emporte dans une douce rêverie, joyeuse ou mélancolique, amoureuse ou angoissée, mais surtout parsemée de beaux numéros de cirque.

Un peu de nervosité au soir de la première a entraîné quelques erreurs en début de spectacle, mais elle a rapidement fait place à à une complicité charmante entre les personnages. Débordant d’humour, le spectacle tisse constamment des liens avec le sixième invité, le public lui-même, en échangeant regards et sourires. À entendre les rires des petits (et des plus grands!) dans la salle, la compagnie vise juste. Les facéties de certains personnages, leur attendrissante maladresse et leurs premiers émois amoureux ragaillardissent certainement les coeurs.

Au chapitre des performances, Six° offre une belle variété de disciplines circassiennes, dont quelques numéros impressionnants. Après un très touchant passage à la roue Cyr sur « What happens to the heart », de Leonard Cohen, Méliejade Tremblay-Bouchard démontre une grande agilité au hula hoop, maniant les cerceaux comme des extensions de ses propres membres. Au trampoline, Jacob Grégoire se fait séducteur dans un numéro entraînant qui a le rebond du printemps. L’équilibriste Camille Tremblay se meut quant à elle avec une fantastique précision sur ses cannes. Pour compléter le quintette, Dylan Herrera et ses pitreries acrobatiques et Jamie Adkins et ses jongleries de toutes sortes déclenchent les rires à tous les coups. Adkins, qui signe aussi la conception du spectacle, transmet particulièrement bien au public cette douce folie, ce décalage temporel et temporaire de la réalité qu’est Six°. Quant aux contraintes qui ont marqué la création et le développement du spectacle (qui avait brièvement pris l’affiche à l’automne dernier), on ne les sent à aucun moment peser sur la mise en scène d’Olivier Lépine, accueillante et fluide malgré les nombreux déplacements de décor.

Six° est une singulière invitation aux rapprochements, après de longs mois passés sous le signe de la distanciation, une invitation à visiter ce qui nous connecte aux autres aussi bien qu’à revisiter ce qui nous connecte à nous-même. Et on apprécie chaque instant de cette invitation en forme de bouquet de fleurs sous la pluie.

https://montrealcompletementcirque.com/fr/programmation/spectacles/sixdeg/

Catégorie : Cirque Critiques Festival Montréal Complètement Cirque Étiquettes : , , , ,

A propos Daphné Bathalon

Diplômée de l’École supérieure de théâtre (baccalauréat en art dramatique, profil critique et dramaturgie), Daphné Bathalon a été mise en contact tout au long de ses études avec divers types de spectacles vivants. Elle a ainsi pu explorer plusieurs facettes de la représentation. Plus particulièrement intéressée par le théâtre pour enfants, le cirque, l’improvisation et tout objet théâtral explorant la richesse de langue française et des arts visuels, Daphné souffre également de ce qu’on pourrait appeler un appétit insatiable pour les créations éclatées et le théâtre shakespearien (aucun lien!). Critique pour MonThéâtre depuis 2008, Daphné a aussi publié quelques textes dans la revue Jeu. Depuis quelques années, sa couverture théâtrale pour MonThéâtre s’est étendue aux festivals de théâtre à Montréal et à l’étranger. Elle est devenue membre de l’Association des critiques de théâtre du Québec en 2011.