Archives de l’auteur : Daphné Bathalon

A propos Daphné Bathalon

Diplômée de l’École supérieure de théâtre (baccalauréat en art dramatique, profil critique et dramaturgie), Daphné Bathalon a été mise en contact tout au long de ses études avec divers types de spectacles vivants. Elle a ainsi pu explorer plusieurs facettes de la représentation. Plus particulièrement intéressée par le théâtre pour enfants, le cirque, l’improvisation et tout objet théâtral explorant la richesse de langue française et des arts visuels, Daphné souffre également de ce qu’on pourrait appeler un appétit insatiable pour les créations éclatées et le théâtre shakespearien (aucun lien!). Critique pour MonThéâtre depuis 2008, Daphné a aussi publié quelques textes dans la revue Jeu. Depuis quelques années, sa couverture théâtrale pour MonThéâtre s’est étendue aux festivals de théâtre à Montréal et à l’étranger. Elle est devenue membre de l’Association des critiques de théâtre du Québec en 2011.

Complètement Cirque – «Six°» : Après la pluie…

Aux gais pépiements d’oiseaux qui accueillent le public de la TOHU à l’entrée en salle succède bientôt le torrent d’une averse et même le grondement d’un orage, alors que la porte de la maison sur scène s’ouvre pour laisser entrer un premier naufragé. À l’aube de leur 10e anniversaire, et à l’occasion de leur 100e représentation à la TOHU, FLIP Fabrique nous convie à une nouvelle création absolument adorable.

Lire la suite...

Complètement Cirque – Cabaret Yam! : Encore!

Alors qu’il pleut à torrents dehors en cette première soirée de Montréal Complètement Cirque et que le mois de juillet prend des allures automnales, c’est la chaleur guinéenne qui règne sous le chapiteau dressé à trois pas de la TOHU. Accueillis à bras ouverts par le maître de cérémonie Yamoussa Bangoura, au sourire étincelant, les spectateurs sont rapidement plongés dans une ambiance festive qui ne s’essouffle pas un instant pendant toute l’heure de la représentation.

Lire la suite...

FTA 2021 – Dans le nuage : Qui sommes-nous?

Cinq ans après nous avoir invités à explorer les confins de notre identité biologique et numérique (et de la frontière floue entre les deux) avec Siri, aussi créé au FTA, c’est dans les confins du cosmos que Laurence Dauphinais et Maxime Carbonneau nous propulsent, à la suite des sondes spatiales Voyager, à la rencontre de l’inconnu et aussi, et surtout, de nous-mêmes.

Lire la suite...

FTA 2021 – Je suis une maudite sauvagesse : Les solitudes

En invitant une voix autochtone à faire son nid au creux de la programmation 2021 du Festival TransAmériques, Martin Faucher ne se doutait probablement pas de l’importance que prendrait cette porte ouverte. La scène québécoise, qui s’ouvre elle-même de plus en plus aux membres des Premières Nations, est le lieu tout désigné pour entendre ce qu’ils ont à nous dire, pour les écouter vraiment et commencer à se comprendre. La série Les lectures Port-Royal, qui fera aussi entendre Réjean Ducharme et Pierre Lefebvre, est l’occasion de s’interroger sur les rapports d’oppression sur lesquels notre société s’est construite.

Lire la suite...

FTA 2021 – Un temps pour tout : Liberté créatrice

Planté sur la grande scène du Théâtre Maisonneuve, le plateau ouvert et convivial d’Un temps pour tout, de Sovann Rochon-Prom Tep, invite le public à la détente. La production crée un environnement chaleureux où se poser pour un moment et se mettre à l’écoute des rythmes et des courants qui nous traversent à chaque instant.

Lire la suite...

FTA 2021 – La Goddam Voie Lactée : Nous sommes f*cking awesome

Rose, la couleur par excellence pour représenter la femme, avec tout ce que ce choix charrie en fait de clichés et de lieux communs. Rose, les éclairages. Roses, les combinaisons uniformes portées par les interprètes. Rose, qui devient couleur de corps et de parole, de diversité de formes, de préférences et d’acceptation, même à travers l’inachèvement ou la douleur.

Lire la suite...

FTA 2021 – Worktable : un espace pour déconstruire

«Obsolescence programmée». Les vilains mots, ceux qui nous font grincer des dents quand un objet se brise à la maison, car on sait qu’il sera difficile, voire impossible de le réparer. Grille-pain qui ne grille plus, mélangeur à la lame fendue, ordinateur portable à la batterie fatiguée, pantalon troué, soulier à la semelle usée… Les objets et appareils nous lâchent de plus en plus rapidement et trouvent tout aussi rapidement le chemin des dépotoirs.

Lire la suite...

Retourner au théâtre à l’ombre de la troisième vague

Ai-je bien évalué les risques avant de me porter volontaire pour retourner au théâtre? À vrai dire non, dès l’annonce par le premier ministre Legault de la réouverture des salles de spectacle, alors que notre voisine, l’Ontario, était frappée par une troisième vague, j’ai été la première à lever la main. La vie culturelle me manque comme l’oxygène à un poisson dans un bocal trop petit. Un poisson qui tourne en rond dans son bocal, c’est ce que j’ai été tout l’hiver, entre ma chambre et la cuisine, entre Netflix et le télétravail. Il était temps que je voie d’autres paysages.

Lire la suite...

Casteliers : en attendant le printemps culturel

L’an dernier à pareille date ou presque, je voyais sans le savoir mon dernier spectacle «en présentiel» avant plusieurs mois; un spectacle pré-pandémique dans un Théâtre Outremont bien rempli, qui abordait les thèmes on ne peut plus à propos des technologies, de la consommation et de l’écologie. C’était au dernier jour du Festival de Casteliers, et la fierté et le soulagement s’entendaient dans le discours que la directrice artistique Louise Lapointe avait livré après cette dernière représentation. Bien peu d’entre nous se doutaient de ce qui nous attendait quelques jours plus tard.

Lire la suite...

Critique en confinement

Les salles sont vides, les portes des théâtre fermées, l’agora public déserté. Que fait un critique au temps de la COVID-19? Il erre, comme beaucoup, à la recherche de quoi se mettre sous la dent, se nourrissant d’enregistrements de spectacles, de lectures de textes, de numéros solos sur les réseaux sociaux, succédanés des grands rassemblements qui le font d’ordinaire vibrer.

Lire la suite...