MonTheatre.qc.ca, votre site de thtre
Du 19 au 23 avril 2011
Audible
Chorégraphie : The 605 Collective
Avec Lisa Gelley, Scott Augustine, Shay Kuebler, Josh Martin, Maiko Miyauchi

Voilà cinq danseurs qui captivent dès leur entrée sur scène avec un style qui ne ressemble à aucun autre. Aussi talentueux qu'audacieux, ils réussissent le pari de fusionner leur parcours artistique personnel en une danse commune où se rencontrent le hip-hop, le jazz moderne, la capoeira, la danse contemporaine, voire le karaté !

Le résultat ? Un spectacle bluffant qui enchaîne, avec une parfaite maîtrise, les passages au sol, les plongeons vertigineux, les rafales de mouvements, les collisions abruptes avant un statisme déconcertant. Audible fonctionne par vagues successives qui emportent les danseurs toujours un peu plus loin, vers de nouveaux territoires physiques.

Jeune compagnie de Vancouver, The 605 Collective n'a pas attendu le nombre des années pour afficher son talent ! À l'heure où Facebook et Twitter remplacent les contacts physiques, Audible interroge les corps dans cette hypercommunication ambiante. Comment se rencontrer ? Comment s'écouter ? Comment faire avec l'autre ? Autant de questions que soulève The 605 Collective avec une lucidité stupéfiante.

Conception des éclairages Jason Dubois

Une création The 605 Collective

Usine C

1345, avenue Lalonde
Billetterie: (514) 521-4493

Delicious
______________________________________
 Critique
Critique
Imprimer la critique

par Mélanie Viau

L’Usine C ouvre son espace au premier programme complet d’une compagnie à suivre de près. The 605 Collective n’est pas seulement époustouflant techniquement, il rayonne de toutes parts tant par son originalité que sa théâtralité. Un spectacle inoubliable.

Le collectif de Vancouver présente cinq jeunes créateurs émérites de danse jazz et urbaine : Lisa Gelley, Shay Kuebler, Josh Martin, Scott Augustine et Maiko Miyauchi,. Le thème n’est pas anodin. Il est question du manque de contact physique dans notre modernité où le virtuel surpasse le charnel.

L’espace vide présente des êtres en constante confrontation corporelle, luttant pour un peu de sensualité, hachurant le mouvement avec une précision impressionnante. Chaque geste est empli de présence de la part des interprètes d’une rare virtuosité, formant un ensemble équilibré.

Tenu en haleine tout en ayant des moments d’évasion d’une grande beauté, le public assiste à un spectacle littéralement transcendant, tant par son rythme, savamment dosé, que par l’humour décalé qui surgit dans certaines scènes. Le spectacle décrit avec intelligence ce que représente toute l’énergie déployée pour quelques instants d’échanges véritables avec l’autre.

La musique répond bien à l’audace physique de la proposition. Elle crée des espaces de rêve comme des moments de précipitation sans alourdir le spectacle. La conception d’éclairage de Jason Dubois y contribue également, épurée mais présente. Les danseurs jonglent entre le complet et la tenue sport, dignes représentants de cette vie tumultueuse et contemporaine. Une soirée mémorable appelée à passer dans le top 10 des grands rendez-vous scéniques de l’année.
25-04-2011

Retour à l'accueil