MonTheatre.qc.ca, votre site de thtre
Relève en Capitale
9 et 10 décembre à 19 h, 11 décembre à 21 h 30
Le K Buster
Texte de Raphaël Posadas
Mise en scène de Raphaël Posadas en collaboration avec Alexandrine Warren et Olivier Lépine
Avec Alexandrine Warren, Olivier Lépine et Raphaël Posadas 

Avec Le K Buster, la compagnie 7981 Théâtre se lance à l’assaut d’un géant du cinéma muet : Buster Keaton. Récipiendaire de la bourse Première Ovation – Spectacle de la relève 2008-2009, la pièce présente l’histoire de Francis, un comédien qui rêve depuis toujours de faire un spectacle dédié à son idole : Buster Keaton. Lorsque son rêve s’effondre, il se perd entre le monde réel, celui des infirmières et des examens, et celui de ses rêves, hallucinations qui lui font enfin rencontrer, en chair et en os, en pixels et en lumière, en papier mâché et en chiffon, Buster Keaton, son idole.

Du 7 au 12 décembre prochain, la ville de Québec accueille la première présentation de l’événement Relève en Capitale, développé par la mesure Première Ovation. Ce nouveau festival offre une vitrine à près de 200 artistes émergents de la région et propose une programmation riche et variée, touchant plusieurs disciplines artistiques.

Afin de favoriser l’accessibilité, les activités de Relève en Capitale sont toutes offertes à prix très modique, voire gratuites. Un passeport, donnant accès à toutes les activités de la programmation et offrant une priorité sur la réservation des places, est disponible au coût de 20 $ sur le site de l’événement (www.premiereovation.com/rec). Les gens peuvent également se procurer le passeport au Palais Montcalm, au Théâtre Petit Champlain, au Cercle, au Théâtre Périscope et à Premier Acte.

Scénographie : Julie Lévesque
Conception sonore et musicale : Josué Beaucage

Une production 7981 Théâtre

Premier Acte
870, de Salaberry
Billetterie : Réseau Billetech 418-694-9656

______________________________

Dates antérieures

Du 7 au 25 octobre 2008, 20h - Premier Acte

Delicious
______________________________________
 Critique
Critique
Imprimer la critique

par Charlotte Riondel

Le « K » Buster est la toute première création de la nouvelle troupe « 7981 Théâtre ». La pièce qui nous est présentée a comme point central le célèbre Buster Keaton, l’un des grands rois du cinéma muet. C’est avec légèreté et comique que nous sommes plongés dans l’univers du cinéaste, par l’entremise du personnage de Francis qui nous partage son amour pour celui-ci.

Francis est comédien. Grand admirateur de Buster Keaton, il s’apprête à l’incarner sur scène, lorsqu’il a soudainement un malaise. Il se réveille à l’hôpital, où ni l’infirmière ni les médecins ne savent l’informer clairement sur sa maladie. Le spectateur est alors emporté dans les deux mondes du jeune homme. Celui de sa chambre d’hôpital et des examens médicaux et l’autre, celui de son imaginaire passionné dans lequel il interagit avec son idole.

Avec Le « K » Buster, nous sommes dans un perpétuel aller-retour entre le réel et le poétique. Tout l’univers qui nous est proposé baigne dans le travail de Buster Keaton. La scène ressemble à un plateau de cinéma. Des indications sont annotées au sol et, dès l’entrée en salle, le spectateur peut observer les derniers préparatifs de l’espace et des comédiens, ce qui le rend complice de l’action future puisqu’il se glisse dans les coulisses du spectacle de Francis qui n’aura finalement pas lieu.

Le choix du noir et blanc pour la majorité des accessoires et des décors fait écho à l’esthétique des films muets de l’époque. Le style de jeu se rapproche également, par moments, du jeu que l’on peut retrouver chez Keaton. L’univers sonore fait également partie intégrante de la mise en scène et ajoute du rythme au travail des comédiens. Beaucoup d’humour et de vivacité, un spectacle qui nous est présenté comme un grand tourbillon où l’on passe par différentes approches, comme la danse, la vidéo et la manipulation de marionnettes. Les objets du plateau sont utilisés et réutilisés de façon ludique, pour passer d’un lieu à l’autre, d’une ambiance à une autre.

On sent instantanément l’envie de rendre hommage au cinéaste et l’énergie des trois comédiens reflète avec justesse celle de Buster Keaton. Par contre, on se perd parfois un peu dans les multiples niveaux de jeu qui s’entrecoupent. La multiplicité des personnages et des actions est quelquefois un peu étourdissante et des moments de suspend plus nombreux auraient pu donner encore plus de relief au reste de la pièce qui bouge beaucoup.

La maladie de Francis vient nuancer l’univers burlesque et un peu magique de son monde intérieur. Le choix de mettre en parallèle ces deux aspects de sa personnalité est judicieux et aurait pu être encore plus exploité, même si on arrive tout de même à se laisser toucher par la situation de Francis. Sa maladie grandit encore le besoin absolu de garder en vie son idole, présent à chaque instant de la pièce.

Malgré le fait que l’écriture générale du spectacle aurait parfois pu être clarifiée, Le « K » Buster est une création agréable à regarder et la troupe 7981 Théâtre réussit bien à transmettre au public son amour pour le merveilleux cinéaste que fut Buster Keaton !

15-10-2008

Retour à l'accueil