MonTheatre.qc.ca, votre site de thtre
22 mars 2011, 20h
La Belle et la Bête
Création et mise en scène de Michel Lemieux et Victor Pilon
Création et texte Pierre Yves Lemieux
Avec (sur scène) Bénédicte Décary, François Papineau, Andrée Lachapelle (virtuel) Violette Chauveau, Peter James

Elle vient de la nuit des temps cette histoire. Depuis au moins vingt siècles, elle inspire conteurs, romanciers, poètes, cinéastes… Aujourd’hui, les magiciens numériques Michel Lemieux et Victor Pilon, qui en 2005 avaient créé les éblouissants sortilèges de La Tempête de Shakespeare, s’emparent à leur tour de cette fable éternelle pour en inventer une version pour notre temps : imaginez un danseur étoile enlaidi par l’âge, une jeune illustratrice qui a des comptes à régler avec les fées de son enfance et une vieille éditrice à l’humour de sorcière. Imaginez que leurs vies s’entrecroisent et s’entremêlent autour d’une nouvelle édition de La Belle et la Bête. Imaginez que le TNM devienne enchanté comme le château de la Bête : créatures surnaturelles, apparitions spectaculaires, transformations mystérieuses. Et comme la plus grande magie du théâtre demeure celle des acteurs, Andrée Lachapelle, Bénédicte Décary et François Papineau, entourés d’une multitude de présences fabuleuses, sont déterminés à vous tenir sous leurs charmes.

Parterre
47,50$
Corbeille
47,50$
Balcon
47,50$
Handicapés
47,50$
Étudiants
25,50$

Équipe de concepteurs : Alain Lortie, Isabelle Painchaud, Théa Patterson, Jacques-Lee Pelletier, Anne-Séguin Poirier, Michel Smith, Mathieu St-Arnaud, Rachel Tremblay, Peter Trosztmer

Photo : Jean-François Gratton

Coproduction Théâtre du Nouveau Monde / Lemieux.Pilon 4d art

Salle Albert-Rousseau
2410, chemin Ste-Foy
Billetterie : 418-659-6710 - 1-877-659-6710

______________________

Dates antérieures, entre autres

Du 18 janvier au 12 février 2011 supplémentaires 15-16 février 20h

Delicious
______________________________________
 Critique
Critique
Imprimer la critique

par David Lefebvre

Fable millénaire sur l'amour au-delà des apparences (ou, selon d’autres, pour préparer les jeunes filles au mariage organisé), La Belle et la Bête a conquis centaines de générations et a vu son histoire adaptée de dizaines de façons. Madame de Villeneuve, en 1740, fait partie des premiers auteurs à en publier une version, dans son recueil La Jeune amériquaine et les contes marins. Puis, Leprince de Beaumont reprend le récit dans Magasin des enfants en 1758. Les cinéastes Cahn, Marner et Lister s'approprièrent aussi la fable, mais l'adaptation la plus connue reste celle de Cocteau, ou encore, le dessin animé de Disney.

Comment réactualiser ce conte fantastique? C'est la question que s'est posé le dramaturge Pierre Yves Lemieux pour cette nouvelle création signée 4d art. La Bête n'est plus un homme-lion, mais simplement un homme, au coeur si meurtri que son corps au complet est mutilé. La Belle souffre aussi, principalement de la perte de sa mère, de l'abandon de son père et du manque de communication entre sa sœur et elle, imaginant multiples conversations. Elle est ici non pas une jeune victime naïve, mais une artiste peintre à la forte tête, brillante, qui ne croit qu'au présent, en «mourant chaque seconde pour renaître à la suivante». Même si l'on veut nous faire comprendre que ces deux âmes sont dissemblables, leurs quêtes existentielles ne font qu’une, et la fascination de la Belle pour l'homme isolé dans son manoir n'aide que trop facilement l'amour qui naîtra sournoisement chez les deux protagonistes. Dans cet esprit beaucoup plus moderne, la Bête devient la victime, la proie d'une Belle qui a droit de vie ou de mort sur lui. Loin est l'idée du mariage obligé, de l'amour par apprivoisement. Nous naviguons dans les eaux de la séduction du coeur, de l'art (sujet sous-jacent) qui émeut jusqu'aux os, du rejet des fantômes du passé pour enfin embrasser un nouveau jour. Mais rôde une Dame, sorcière ou fée, protectrice démoniaque des intérêts de la Bête – mais, surtout, des siens.

La technologie de 4d art continue d'étonner et de surprendre. Après La Tempête (2005, TNM) et Norman (en tournée depuis quelques années), les concepteurs Michel Lemieux et Victor Pilon démontrent encore une fois tout leur talent de créateurs visuels avant-gardistes. Par de simples panneaux coulissants et un peu de magie technique, l'espace scénique se transforme, passant de l'atelier de la jeune femme au manoir de plus en plus lumineux de la Bête. Personnages virtuels animés, hologrammes, cheval qui galope, pluie torrentielle, ronces qui poussent au-delà de la scène, débordant de partout pour emprisonner les murs du théâtre, la ligne est bien mince entre la technologie au service du texte et la surenchère d'effets spéciaux. Pourtant, de magnifiques moments, très cinématographiques, restent imprégnés dans nos mémoires. Notons, entre autres, les premiers dialogues entre la Belle et sa sœur (Violette Chauveau) qui apparaît sous deux formes différentes, grande et petite, à la manière de la conscience «ange et démon» ; la Bête qui se bat avec son image, sortie d'un grand miroir, ou, encore, cette scène d'amour en songe, entre deux Belles, virtuelle et réelle, en surimpression, et une Bête immatérielle. La qualité des projections est impressionnante, voire inégalée chez 4d art. Le synchronisme des interprètes, avec leur environnement animé, ne trahit aucun point faible. La conception des éclairages, savamment orchestrée par Alain Lortie, permet de percevoir très clairement les comédiens, et ce, en tout temps, contrairement à La Tempête, en 2005. La musique de Michel Smith, inspirante, transporte encore un peu plus loin cette histoire fantasmagorique.

Andrée Lachapelle interprète avec douceur et cruauté la Dame narratrice, Bénédicte Décary, une Belle toute en effervescence, innocence, intelligence et rage, d'une étonnante modernité, et François Papineau incarne une Bête recluse, arrogante, représentant digne d'un romantisme perdu, qui ne demande qu'à se libérer de ses sombres pensées, de sa prison de laideur, par les yeux et le corps d’un véritable amour. Si la férocité du personnage le rend imprévisible, elle n'est pas pour autant repoussante ou intolérable ; l'intensité dramatique, ou plutôt le tempérament bestial, s'efface parfois derrière la détresse, dévoilant ainsi toute la fragilité et la vulnérabilité qui se cache sous chaque cicatrice de l'homme. Il est dommage que le comédien ne joue que très rarement au-devant de la scène, rendant son visage défiguré, symbole absolu de sa souffrance, plutôt difficile à voir.

Conte de fées pour adulte d'une puissance visuelle incontestable, cette version résolument contemporaine de La Belle et la Bête de Michel Lemieux, Victor Pilon et Pierre Yves Lemieux explore de belle façon les blessures d’amour, l’intimité et la rédemption, tout en respectant les codes et les symboles magiques du conte traditionnel – miroir, rose, gants. Pourtant, le spectacle ne nous convainc pas totalement, desservi par une trame narrative un peu trop convenue, qui tangue entre le mode douceâtre et la démonstration peu provocante des élans bestiaux qui sommeillent en chacun de nous.

21-01-2011

Retour à l'accueil