ZH Festival – 10e édition

par | 19 juin 2018

Source  : ZH Festival
Extraits du communiqué

20 soirées + 28 créations + 200 artistes + 3 résidences artistiques + 1 collaboration Haïti-Montréal + 1 terrasse invitante ouverte tous les soirs de spectacle

ZH Festival (anciennement Zone HoMa) est de retour pour célébrer ses 10 ans! Du 17 juillet au 11 août, c’est le moment de vous plonger dans l’inconnu et de découvrir des oeuvres fortes, singulières et engagées au coeur d’Hochelaga-Maisonneuve et du Centre-Sud. ZH surprend, interroge et enivre avec une programmation plus curieuse que jamais, truffée de nouvelles créations en théâtre, danse, lecture, performance et musique signées par les artistes les plus prometteurs de la scène émergente. Enfilez vos lunettes de sécurité et vos gants de latex pour quatre semaines de laboratoire créatif, d’audace et de « bonnes frettes » sur la terrasse ouverte tous les soirs de spectacle!

COUP D’OEIL SUR LA 10E ÉDITION

L’événement estival ouvre les festivités avec Umanishish, un projet mis en scène par Xavier Huard qui appelle à une théâtralité de l’exaltation. Sur scène, on retrouve Soleil Launière, artiste innue de Mashteuiatsh, dans un dispositif scénique signé Gonzalo Soldi, originaire du Pérou. Dans Umanishish, la scène est un carnaval d’archétypes universels dont les lignes directrices semblent se définir par elles-mêmes, mais qui, dans les faits, sont totalement perméables à la perspective inattendue.

En août, la question du genre est décortiquée avec une création de Pascale Drevillon. GENDERF*CKER convie le public à assister à la transformation de la performeuse en homme qu’elle n’a jamais été pour, finalement, revenir à « la femme absolue ». L’objectif : déconstruire et reconstruire les archétypes masculins-féminins afin de prouver que le genre est une construction, un effort actif de l’être humain.

ZH invite le public à voyager aux quatre coins du globe avec Give me a revolution, un spectacle mis en scène par Mireille Camier qui convoquera en téléprésence des performeurs de quatre villes : Montréal, Barcelone, Téhéran et Tunis. Le public est invité à plonger dans les mouvements sociaux de notre époque : la révolution verte, la révolution du jasmin, les indignés et le printemps érable. Comment s’approprier l’espace public pour une cause collective? Comment passer du « je » au « nous »? Give me a revolution propose un dialogue entre les performeurs et le public pour pousser sa réflexion au-delà des frontières.

Le « je » est aussi au coeur du spectacle tertuliaNebula, mis en scène par Emanuel Robichaud. Sous la plume de Maxime Brillon, les spectateurs se retrouveront dans un jeu vidéo de joute oratoire sanglante et cruelle. Dans ce fightclub numérique, les protagonistes questionnent la pluralité des « je » où chacun se perd ou se trouve face à lui-même.

Pour conclure en beauté (et dans l’amour!), la compagnie La Société Baroque présente L’amour au 21e siècle (selon Wikihow), un portrait musical, théâtral, documentaire et humoristique sur notre façon d’aborder l’amour et la séduction à l’ère des technologies. Que vous soyez célibataire, en couple ou du type « c’est compliqué », ne manquez pas cette comédie musicale déjantée!

PROJET HAÏTI-MONTRÉAL

Dans le cadre d’un projet coopératif entre Montréal et Haïti, ZH Festival reçoit le Festival Quatre Chemins, situé à Port-au-Prince. Cette collaboration entre les deux organismes vise à mettre en valeur les arts vivants et la poésie de Montréal et d’Haïti. Une résidence de création misant sur le partage d’expertises artistiques sera mise sur pied dans les deux territoires.

LES RÉSIDENCES ARTISTIQUES

ZH offre une résidence à Pascale St-Onge et à Frédéric Sasseville-Painchaud pour le spectacle Kink. Ce projet nous questionne sur notre rapport à la sexualité à travers un amalgame de récits intimes, d’une réécriture poétique et tordue du Petit Chaperon rouge et de jeux interactifs avec le public. À voir lors de la prochaine saison d’Espace Libre!

ZH Festival offrira aussi à l’auteur Étienne Lou une résidence dramaturgique en compagnie de la mentore et auteure Sylvie Drapeau.

De plus, le projet Jaunes et rouges brillent les étoiles, présenté dans le cadre de la 9e édition de ZH par le collectif Ce n’était pas du vin (CNEPDV), continue sur sa lancée grâce à l’investissement du Conseil des arts et des lettres du Québec dans le secteur numérique. L’aide financière permettra une résidence d’exploration des conceptions holographique, spatiale et audiovisuelle en partenariat avec la maison de la culture Maisonneuve, ZH Festival et Musion Canada pour le prochain spectacle du collectif CNEPDV, qui sera présenté dans une formule décloisonnée, sans scène ni sièges.

INFOS PRATIQUES
Billets : 16 $ à la porte ou sur zhfestival.com (des frais s’appliquent pour l’achat en ligne).
Suivez ZH Festival sur Facebook et Instagram.

Catégorie : Actualité Étiquettes : , , , , ,

A propos David Lefebvre

Titulaire d'un DEC en communications, Art et technologie des médias, du Cégep de Jonquière et d'un certificat en communications de l'UQAM, David Lefebvre s'intéresse au théâtre petit à petit grâce à des critiques qu'il doit effectuer pour Planète Montréal, l'émission du retour à la maison de Radio Centre-Ville dont il fut l'animateur du mercredi durant près d'un an et demi. Il fonde, en juillet 2002, MonTheatre.qc.ca, ne trouvant pas de site rassembleur sur le Web. Depuis février 2003, il est membre de l'Association des critiques de théâtre du Québec et a été, pour les années 2007 et 2008, le secrétaire de l'AQCT, puis depuis 2017, vice-président de l'association. Depuis la saison 2015-2016, il est collaborateur de l'émission radiophonique Les enfants du paradis, animée par Robert Boisclair à CKRL, le lundi entre 17h30 et 18h30. David est le fondateur, concepteur, directeur, webmestre, rédacteur en chef, journaliste et critique de MonTheatre.qc.ca.