Un match de haute voltige avec les étoiles de la LNI

par | 1 avril 2014

Le Week-end des étoiles de la LNI s’est amorcé en après-midi, le 30 mars dernier, avec la Confrontation des étoiles, où des joueurs répartis en deux divisions, soit Leduc et Gravel, ont fait la démonstration de leurs talents dans une série d’épreuves individuelles. La Confrontation a été suivie, lundi soir, du traditionnel match des étoiles, qui donne lieu chaque année à une rencontre échevelée où le public trouve toujours de quoi satisfaire sa soif d’improvisations de qualité. Le match des étoiles 2014 n’a pas fait exception à la règle…

lni_etoiles2

Juste avant le début du match, les entraîneurs Benoît Chartier pour les Rouges et Christian Laurence pour les Bleus ont eu la tâche difficile de repêcher leurs joueurs parmi les étoiles sélectionnées par les abonnés de saison. Christian Laurence est allé chercher une joueuse qu’il connaît bien, sa propre joueuse des Bleus, Virginie Fortin, ainsi que deux bons attaquants : Anne-Élisabeth Bossé (Verts, sa première participation au match des étoiles) et Simon Boudreault (Rouges). Une équipe qu’il a complétée avec un habile ciseleur de mots, Laurent Paquin (Jaunes). Benoît Chartier a pour sa part opté pour des joueurs aux multiples talents (et un tantinet indisciplinés) : Réal Bossé (Oranges) et Jean-François Nadeau (Bleus), et deux joueuses au verbe relevé : Salomé Corbo (Jaunes) et Ève Landry (Rouges). Deux équipes parfaitement équilibrées, le match pouvait commencer!

Avec une journée d’avance sur le 1er avril, la première période s’est ouverte sur une impro intitulée Canular, une comparée à quatre joueurs par équipe, ce qui a permis aux entraîneurs de déployer leur alignement dès le départ. Canular téléphonique du côté des Rouges, avec un pépé délirant incarné par Réal Bossé, toujours aussi doué en mime ; mise en scène d’une humiliation du côté des Bleus, avec un Simon Boudreault en grande forme, qu’on a plaisir à retrouver sur la patinoire cette année. L’impro des Bleus, plus structurée, leur a permis de remporter le premier point du match.

AEBossé_CorboLa mixte Et le soleil s’endormit sur l’Adriatique a donné lieu à une très belle rencontre entre les joueuses Salomé Corbo et Anne-Élisabeth Bossé, qui ont bâti d’excellents dialogues entre une princesse en fuite, qui refuse de régner, et sa gouvernante. Mais l’arbitre Simon Rousseau, toujours aussi intraitable (et totalement pertinent!), n’allait pas s’empêcher de sévir sous prétexte d’un match amical. Les deux équipes ont hérité d’une punition pour non-respect du thème. Les Bleus ont pris les devants du match avec cette impro.

Testée pour la première fois à la LNI, la catégorie « inspirée de l’éclairage » a fait ses débuts de belle manière sur la patinoire avec une impro sans titre dans laquelle les joueurs s’en sont donné à cœur joie tout en manquant décrocher à quelques reprises lorsqu’une luciole incarnée par Jean-François Nadeau a semé le trouble dans une impro pourtant bien lancée. Le joueur a d’ailleurs récolté une punition d’obstruction pour avoir nui au déroulement de l’impro en cherchant à chasser du jeu la créature jouée par Virginie Fortin.

BosséLa première période s’est terminée sur une impro comparée à la manière de Fred Pellerin intitulée Ce matin-là. Si Réal Bossé a échoué à représenter l’univers du conteur, Boudreault a parfaitement joué avec la dynamique du Caxtonien et de ses multiples digressions, sans jamais perdre le fil! Les Bleus ont creusé l’écart… Il semble bien que la technique de l’entraîneur Christian Laurence porte ses fruits : sa manière de mettre en scène chaque improvisation, en allant même jusqu’à demander le soutien musical de Desranleau, nous offre de belles impros.

lni_etoiles1La deuxième période a été surprenante à tous les égards. Après avoir commencé avec une très courte forme d’une seule minute intitulée Circonvolution, et une mixte, Les passagers, à la manière de François Archambault (dans laquelle les joueurs ont échangé ligne punchée sur ligne punchée), le match a pris une nouvelle tournure lorsque l’arbitre a annoncé une improvisation mixte de 20 minutes, une rareté ces dernières années, intitulée Petits jeux badins et contrepèteries. À voir la qualité de la structure narrative construite par les joueurs et à entendre le plaisir de la foule, la LNI ferait bien de songer à proposer plus souvent ce genre d’improvisations de longue haleine. D’entrée de jeu, Anne-Élisabeth Bossé et Jean-François Nadeau ont pris leur temps pour installer une situation (« C’est les balbutiements de quelque chose de poétique » dira la donzelle à l’ombrelle) et dévoiler les liens qui unissaient leurs deux tourtereaux contrariés. Par petites touches, les autres joueurs des deux équipes se sont faits auteurs pour cette improvisation moliéresque en venant ajouter des éléments au tableau, puis en s’effaçant pour laisser toute la place aux personnages principaux. Réal Bossé, en Vicomte de la Blanchefesse, et Simon Boudreault, en Sieur de la Mortecouille, se sont glissés dans la peau de pères qui se détestent et sont déterminés à séparer les amants.

Les joueurs se sont beaucoup amusés avec les mots, transformant des « sèche tes larmes » en « lèche tes armes » et autres jeux du même genre. Au cours de cette longue impro, ils ont fait montre d’une grande écoute, d’un plaisir évident à explorer les possibilités offertes par le thème, l’époque, le genre et même l’espace de jeu, que Boudreault a exploité à fond en allant jusqu’au balcon. Une qualité d’impro que le public a chaleureusement applaudie et que même l’arbitre n’a pu remettre en question : « Bon, c’était pas parfait, mais c’était assez bien. » (!)

Le vote, très serré, a permis aux Rouges de revenir dans le match.

Landry_NadeauLa troisième période a également offert de bons moments, d’abord avec une comparée de 7 minutes au thème assez obscure, La traversées des apparences, pour laquelle les Rouges ont proposé une histoire de femme transformée en vampire, et où les Bleus se sont aventurés, avec succès, dans une comédie musicale style Belles-Sœurs. Virginie Fortin, en barmaid, et ses coéquipiers ont offert une solide performance couronnée d’un point. L’impro a fait basculer le match de façon décisive en faveur des Bleus, puisqu’une nouvelle punition a forcé l’équipe des Rouges à accorder un point supplémentaire à leurs adversaires. Avec un score de 6 à 3, la pente allait être difficile à remonter!

De fait, les Bleus ont continué sur leur incroyable lancée en remportant coup sur coup les deux improvisations suivantes. D’abord avec la mixte Trou noir, où Boudreault et R. Bossé ont fait un incroyable voyage à la recherche d’un trou noir sur noir avant de voir la lumière au bout du tunnel et de venir au monde, littéralement. Puis avec une comparée chantée, Mimosa en mi mineur, qui a mis fin au match de joyeuse manière.

Il régnait lors de cette soirée une belle folie sur la patinoire et même sur les bancs, où les joueurs trépignaient visiblement de sauter sur la glace, tout en sachant quand et comment le faire pour enrichir l’histoire. Le pointage final, pas du tout indicateur de l’allure endiablée du match : 8 à 3 pour les Bleus, menés par Christian Laurence.

La campagne électorale rattrape même la LNI puisque les étoiles du match ont étés choisies par les représentants des quatre principaux partis.

1re étoile : Anne-Élisabeth Bossé
2e étoile : Jean-François Nadeau
3e étoile : Laurent Paquin

Pour voir un aperçu des meilleurs moments de ce match, visionnez la capsule réalisée par Webpresse.ca.

Bossé_Nadeau

Catégorie : Critiques Impro Étiquettes : , , ,

A propos Daphné Bathalon

Diplômée de l’École supérieure de théâtre (baccalauréat en art dramatique, profil critique et dramaturgie), Daphné Bathalon a été mise en contact tout au long de ses études avec divers types de spectacles vivants. Elle a ainsi pu explorer plusieurs facettes de la représentation. Plus particulièrement intéressée par le théâtre pour enfants, le cirque, l’improvisation et tout objet théâtral explorant la richesse de langue française et des arts visuels, Daphné souffre également de ce qu’on pourrait appeler un appétit insatiable pour les créations éclatées et le théâtre shakespearien (aucun lien!). Critique pour MonThéâtre depuis 2008, Daphné a aussi publié quelques textes dans la revue Jeu. Depuis quelques années, sa couverture théâtrale pour MonThéâtre s’est étendue aux festivals de théâtre à Montréal et à l’étranger. Elle est devenue membre de l’Association des critiques de théâtre du Québec en 2011.