Archives par mot-clé : Théâtre Prospero

Cuite russe : entrevue avec Marie-Ève Pelletier et Évelyne Rompré pour «Les Enivrés»

Au café du Théâtre Prospero, Évelyne Rompré et Marie-Ève Pelletier décortiquent l’ivresse et la quête de sens qui imbibent Les Enivrés d’Ivan Viripaev.

Lire la suite...

(ENTREVUE) Reconstruire le Don Juan : entretien avec Maxim Gaudette et Danielle Proulx pour «Don Juan revient de la guerre»

Par Olivier Dumas Maxim Gaudette et Danielle Proulx explorent une Allemagne détruite par la Première Guerre mondiale dans Don Juan revient de la guerre, tel un miroir de notre époque incertaine. Écrite en 1935, la pièce Don Juan revient de la guerre d’Ödön von Horváth écorche le mythe du conquérant qui a inspiré, entre autres,… Lire la suite »

Lire la suite...

Les écorchures du deuil : entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight – Te tenir contre moi»

par Olivier Dumas Dans la continuité de ses réalisations antérieures, André-Marie Coudou, directeur de la compagnie Théâtre L’Instant, décortique ces jours-ci l’intimité dans Skin Tight – Te tenir contre moi. Pour la grande écrivaine féministe québécoise Louky Bersianik, décédée en 2011, «écrire, c’est enjamber des murs, enjamber des morts (…)». En regardant le parcours du metteur en… Lire la suite »

Lire la suite...

Les photos choppent-elles la vie? Entrevue avec Maxime Robin pour « Photosensibles »

Par Olivier Dumas Dans Photosensibles, Maxime Robin et ses acolytes désirent entraîner notre regard au-delà des apparences, afin de scruter différemment un monde en perpétuelle mouvance. À Québec, la pièce a connu une présence remarquée au Théâtre Premier Acte  en 2014. Elle débarque ces jours-ci à la Salle intime du Prospero, dans l’espoir de secouer… Lire la suite »

Lire la suite...

Jeux du désamour et du hasard : entrevue avec Évelyne Rompré et Paul Ahmarani pour «Le joueur»

Par Olivier Dumas Dans la transposition du Joueur de Dostoïevski, Evelyne Rompré et Paul Ahmarani s’imprègnent des excès d’un monde aussi fragile qu’un château de cartes. «Jouer, c’est parier que la vie doit être un Eldorado», écrivait Pierre Sipriot dans la préface d’une traduction française du Joueur de Fédor Dostoïevski. Selon les deux acteurs rencontrés un jeudi… Lire la suite »

Lire la suite...