Archives par mot-clé : avignon2016

Avignon partie 6 : guerre intime ou épique

par Daphné Bathalon Chapitre 6 : les adieux Alors qu’aux premiers jours, le spectateur oscille entre ébahissement et dépassement face au tourbillon constant de la ville, au programme monstrueux du OFF (qui pourrait sûrement servir comme objet contondant pour un crime), et à la clinquante, bruyante, étouffante rue de la République, où le niveau artistique… Lire la suite »

Avignon partie 5 : Incursion au IN

Chapitre cinq : Le rythme Par Daphné Bathalon À partir du troisième jour, le festivalier moyen adopte un rythme qu’on pourrait qualifier « de croisière » et qui tourne en général autour de trois ou quatre spectacles par jour. Les plus enthousiastes peuvent en voir jusqu’à cinq ou six dans une journée, mais il faut… Lire la suite »

Avignon partie 4 : hors les murs

Par Daphné Bathalon Chapitre 4 : la parole Tous les matins, Avignon semble se réveiller avec une terrible gueule de bois, un effet renforcé par les centaines de tracts et d’affiches jonchant le sol, comme au lendemain d’une très grande fête. C’est d’autant plus vrai ces jours-ci, alors que la canicule a cédé le pas… Lire la suite »

Avignon partie 3 : dans les rues

Par Daphné Bathalon Chapitre 3 : L’exploration Dans les rues d’Avignon, outre les personnes qui tractent (très nombreuses, on en croise tous les dix pas), il y a aussi les badauds, qui cherchent une terrasse, un théâtre, leur chemin, et puis les gens qui courent, l’air déterminé, sortant sûrement d’une salle pour aller s’installer dans… Lire la suite »

Avignon partie 2 : En avant la musique

Chapitre 2 : Les retrouvailles Par Daphné Bathalon Qui a goûté Avignon une fois s’y replonge en un instant, et y retrouve ses marques, ses rues familières aux noms imaginatifs (des trois Testons, de la Brouette, du Four de la Terre, du Chapeau rouge, de la Grande Monnaie, de la Petite Monnaie, rue Cornue, rue… Lire la suite »

Avignon partie 1 : C’est l’heure de plonger

par Daphné Bathalon Premier chapitre : l’arrivée Arriver en Avignon en période de festival, c’est plonger tête première dans un univers parallèle où l’activité enfiévrée ne cesse jamais vraiment. Et cette année, ça commence pour moi avant même la descente du train, quand je surprends la conversation impromptue de mes voisins de sièges alors qu’un… Lire la suite »