Saison hiver 2015 – les choix de… Gabrielle

par | 16 décembre 2014

par Gabrielle Brassard

2015 déjà… voici mes choix bien personnels pour l’hiver et le printemps qui s’en viennent !

1. Épopée Nord, de Olivier Morin et Guillaume Tremblay, du Théâtre du Futur, présenté au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (CTA) du 27 janvier au 14 février.

Clothaire Rapaille, l’opéra rock. L’assassinat du président. Olivier Morin et Guillaume Tremblay. Musique de Navet Confit. On sait à l’avance que ce sera tordant, cinglant, engagé, politique et plein de référents culturels éclectique. On a hâte parce qu’on sait qu’on passera un bon moment. Juste la description du spectacle est déjà tordante.

http://www.montheatre.qc.ca/archives/01-t-auj/2015/epopee.html

 

2. J’accuse, de Annick Lefebvre, présenté au CTA du 14 avril au 9 mai

Non, non, ce n’est pas tiré d’un texte d’Émile Zola, mais plutôt d’Annick Lefebvre, à la parole toujours coup-de-poing, toujours engagée. Et ses paroles se retrouveront dans la bouche de cinq femmes, et non les moindres : Ève Landry, Catherine Trudeau, Debbie Lynch-White, Léane Labrèche-D’or et Alice Pascual. Difficile de ne pas avoir très très hâte de voir ça.

http://www.montheatre.qc.ca/archives/01-t-auj/2015/accuse.html

 

3. Le grand cahier, du Groupe Bec-de-Lièvre, présenté au Quat’sous du 27 avril au 8 mai.

Olivier Morin (ok, je l’avoue, je suis fan). Adaptation du livre de Agota Kristof, premier épisode de sa «trilogie des jumeaux». On y parle donc, vous l’aurez deviné, de l’histoire de ses jumeaux (l’autre c’est Renaud Lacelle-Bourdon), qui s’aiment et se détruisent à travers les affres d’une guerre impitoyable. Une adaptation littéraire, c’est toujours un risque, mais on a envie de prendre celui-là ou de le reprendre, car c’est une reprise (oui je triche un peu!) créée en 2009.

http://www.montheatre.qc.ca/archives/11-4sous/2015/cahier.html

 

4. Le dénominateur commun, de François Archambault et Emmanuelle Jimenez, présenté à la Licorne du 13 au 31 janvier

Deux auteurs que j’apprécie énormément (notamment pour La société des loisirs et Du vent entre les dents), Geoffrey Gaquère à la mise en scène, une myriade de bons comédiens, et une prémisse intrigante :  « Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Ces trois questions à la fois simples et complexes, mais définitivement universelles, sont explorées dans cette pièce réunissant divers tableaux qui prennent la forme de réflexions, de témoignages, de poèmes, de chants, de chœurs ou de monologues. Du big bang à l’existence de Dieu, du génome à la sélection naturelle, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, les personnages de ce cabaret métaphysique tentent de percer ce mystère auquel nous participons tous : LA VIE !»

Existentialiste? «Gnan, gnan»? Ou intelligent et subtil, tout en humour et en réflexion? Je parierais sur la deuxième option, mais à voir.

http://www.montheatre.qc.ca/archives/08-licorne/2015/commun.html

 

5. Illusions, de Ivan Viripaev, présenté au Prospero du 17 mars au 15 avril. 

Paul Ahmarani, David Boutin, Evelyne De la Chenelière, Marie-Ève Pelletier, déjà ça, c’est intéressant. On se doute que ce sera physique comme spectacle, de part les acteurs, le metteur en scène (Florent Siaud) et l’auteur, Viripaev, qui nous avait donné Oxygène. On nous dit cependant que ce sera moins «révolté», mais plutôt une «réflexion vertigineuse, mais pleine de sagesse, sur l’existence». Je suis curieuse.

http://www.montheatre.qc.ca/archives/10-prospero-laveillee/2015/illusions.html