Programme double au masculin – entrevue avec David Strasbourg du Théâtre du Papier Sec

par | 9 février 2014

par Gabrielle Brassard

Le Théâtre du Papier Sec, qui se compose de quatre jeunes comédiens, présente, à partir du 13 février prochain au Conservatoire d’art dramatique de Montréal, un programme double de deux pièces, Châteaux / Exacto. MonThéâtre a rencontré l’un des acolytes de la bande, David Strasbourg, afin d’en savoir un peu plus.

David Strasbourg

David Strasbourg

Châteaux / Exacto : deux pièces en une, sans transition, mais qui raconte deux histoires différentes, se présente sous la forme d’un programme double, un peu à la façon « Grindhouse » que Tarantino et Rodriguez ont popularisé de nouveau il y a quelques années, dont le concept a fortement inspiré les garçons. « On aimait beaucoup la forme d’un programme-double, d’un film en un. On s’est dit pourquoi ne pas transposer ce concept au théâtre? », explique David Strasbourg.

Si Châteaux / Exacto se base sur le concept des deux réalisateurs américains au style singulier, il n’a toutefois pas inspiré le contenu des deux pièces qui prendront la scène du Conservatoire dans quelques jours. « Il s’agit de deux histoires dont les thèmes récurrents sont l’amitié et la trahison au travail », raconte le finissant de St-Hyacinthe. Un peu à l’image des relations des quatre amis qui composent le Théâtre du Papier Sec, quoi. « Nous sommes tous des amis proches, on travaille ensemble, on s’aime beaucoup, mais parfois nous avons des anicroches aussi », confie l’auteur et comédien. La particularité des pièces du Papier Sec? « On se base toujours sur des situations réalistes, mais à un moment, il y a des bulles d’absurdité dans nos histoires, pour ensuite revenir au réalisme. Je décris ce qu’on fait comme des situations de comédie noires ».

La pièce Exacto a été présentée une première fois à l’automne 2012 à l’Espace La Risée. Pourquoi avoir choisi de la présenter une seconde fois dans le cadre du programme double plutôt que de proposer une nouvelle création, comme Châteaux? « Exacto est une reprise, mais elle n’a pas été joué longtemps, et avec peu de moyens. Nous avions envie de la remonter dans un contexte plus optimal », explique Strasbourg.

Le Théâtre du Papier Sec

Les quatre gars du Théâtre du Papier Sec

Les quatre gars du Théâtre du Papier Sec

Papier Sec, c’est un groupe de « gars ». Quatre, pour être plus précis : David Strasbourg, Benjamin Déziel, Sébastien Tessier et Charles-Antoine Bertrand, quatre finissants de St-Hyacinthe en 2012. « Nous avons choisi de créer Papier Sec par désir de jouer. Nous le faisons tous de notre côté, mais pas nécessairement dans des projets qui nous permettent de traduire notre univers absurde, un peu trash, raconte Strasbourg. Nous avions aussi la volonté de créer une représentation réelle des relations humaines, mais de les emmener juste un petit peu à côté de la réalité ».

D’où vient le nom Papier Sec? « Papier, c’est notre rapport au papier ; nous répétons avec du papier, c’est significatif de notre métier. Et Sec, ça représente un peu notre univers, notre désir de mettre en scène des relations chaotiques, violentes. On aime représenter toutes sortes de violences dans les relations humaines », explique Strasbourg.

Quelque chose frappe dans le Théâtre du Papier Sec. Mise à part Jasmine Wannaz, l’unique collaboratrice qui fait les costumes pour Châteaux /Exacto, aucune fille ne semble être dans le portrait. « C’est vrai qu’il n’y a pas de filles, mais c’est un hasard. Quand nous avons commencé à écrire, c’était pour nous. Mais on a fait le même constat, qu’il n’y avait pas de filles dans nos pièces. Dans nos projets, on a des idées de personnages féminins, donc ça va venir », se défend Strasbourg.

Le Théâtre du Papier Sec a plusieurs pièces a son actif, mais de l’aveu de Strasbourg, Châteaux / Exacto est la première pièce d’envergure de la troupe (moyens, salles, contenu).

Du 13 au 22 février 2014, au Conservatoire d’art dramatique