OFFTA – Percer le rêve d’un autre

par | 4 juin 2018

Dans le cadre du OFFTA, la compagnie L’eau du bain présente une première version de son spectacle White out, troisième volet de sa trilogie de portraits amorcée avec Impatience (2013) et Nous voilà rendus (2017). Cette fois, le spectacle s’articule autour de la mémoire, du rêve et de l’intimité. Un lit défait trône sur scène et sert de prétexte pour interroger ce que symbolise la chambre à coucher dans la vie d’une personne. Anne-Marie Ouellet réfléchit aux traces laissées dans ces lieux de passage qui ont vu se succéder différentes personnes, se développer des histoires d’amour, de naissances, de deuils, qui renferment des centaines de secrets.

Crédit photo Marie Lassiat

Le début de la pièce laisse entrevoir un espace cacophonique rempli de fumée et éclairé par des stroboscopes. Grâce à la conception sonore de Thomas Sinou et aux éclairages de Nancy Bussières, White out transporte le spectateur dans un rêve éveillé à la fois angoissant et intrigant. La présence réelle ou onirique de six enfants vient apaiser les angoisses de la narratrice par leur candeur et leur bienveillance. Cachés sous un drap et éclairés à la lampe de poche, ils se racontent des histoires incroyables. Une grande sincérité ressort de leur jeu, volontairement mise en relief par la mise en scène d’Anne-Marie Ouellet.

Crédit photo Marie Lassiat

Parallèlement au spectacle, la compagnie prolonge son exploration de la thématique du rêve avec La nébuleuse, une installation immersive pour un seul spectateur présentée sur la Place de la Paix. Muni d’écouteurs, le spectateur est d’abord invité à déambuler dans le parc et à prendre conscience aux bruits de son environnement qui sont amplifiés. Le dispositif technique fait ressortir la présence d’un homme qui tousse, d’adolescents qui pratiquent des sauts de planche à roulettes ou d’une femme qui éclate de rire, autant de sons qui seraient passés inaperçus noyés dans le brouhaha du centre-ville. Puis, une voix indique au spectateur de monter dans une haute structure vitrée au toit pentu qui rappelle les serres dont se servent les agriculteurs urbains. Là-haut, des papiers froissés jonchent le sol, une chaise berçante permet de s’asseoir et des lampes suspendues créent une ambiance feutrée. Toujours grâce au même dispositif, le spectateur peut s’amuser à expérimenter l’espace pour lui donner une épaisseur sonore. Le bruit de ses pas et de sa respiration se mélange à ceux qu’il provoque volontairement en parlant ou en touchant ce qui l’entoure.

Avec White out et La nébuleuse, L’eau du bain continue d’élaborer des spectacles métissés où le théâtre, la performance et l’installation sonore se chevauchent afin de bouleverser l’expérience du spectateur et de changer son regard sur le monde. Par ailleurs, ce premier chantier présenté au OFFTA laisse présager le meilleur pour la mouture ultérieure du spectacle.

White Out
2 et 3 juin 2018
Monument-National
offta.com