Mois Multi 2018 – faites de la place dans votre calendrier !

par | 10 janvier 2018

La 19e édition du Mois Multi a dévoilé, aujourd’hui, sa programmation complète, qui saura hypothéquer n’importe quel calendrier de férus de culture ! Avec comme sous-titre «L’art pour changer notre rapport au monde», le festival mettra en scène, dans une quinzaine de lieux à Québec, une cinquantaine d’artistes provenant de huit pays différents qui proposeront des oeuvres sonores, visuelles, robotiques, cinétiques et radiophoniques. Un nouveau volet s’ajoute. celui dédié à la musique électronique.

Le Passeport du parfait festivalier est de retour, donnant accès à l’ensemble des spectacles de la programmation 2018 !

Régulier : 125 $ / 30 ans et moins : 105 $ (taxes et frais de services inclus)

Les Soirées indomptées sont disponibles à la carte ou en forfait.

Le Passeport, les forfaits et les billets sont en vente sur lepointdevente.com. Du 29 janvier au 25 février, il sera également possible de se procurer le tout par téléphone (418 524-7553, poste 3) ou en personne à la billetterie du Mois Multi qui ouvrira les jours de spectacle à partir de 16 h, dans le Hall de Méduse (591, rue De Saint-Vallier Est).

Informations : 418 524-7553, poste 2

Tous les détails de la programmation complète au moismulti.org 

 

MonTheatre vous propose ici les titres qui touchent de près ou de loin à la danse et au théâtre.

 

En prélude du Mois Multi
SAISON COMPLÈTE
Installation
Théâtre Rude Ingénierie
Studio d’essai Méduse
25 au 28 janvier 2018, 12h à 17h

Performances filmées
29 et 31 janvier, 19 h
2 et 3 février, 19 h
7 $ à la porte

Projection du film
5 février, 19 h
7 $ à la porte

Abonnement Saison Complète
Quatre performances filmées et projection du film
Général : 20 $ / 30 ans et moins : 16 $
Taxes et frais de services inclus

Durée des épisodes : 45 minutes

Tour à tour installation, performance, suite d’épisodes et film, Saison Complète est une œuvre évolutive atypique aux allures de télésérie, d’exposition, de plateau de tournage et de résidence de création ! Sur onze jours, l’œuvre déploie une cosmogonie imaginaire opulente où chaque geste, chaque action, chaque élément participe à la construction d’un tout, plus grand, qui s’échafaude au fil du temps.

Création, direction, dramaturgie, mise en scène, conception et fabrication des dispositifs installatifs et mécaniques, conception musicale, éclairages et scénographie : Théâtre Rude Ingénierie
Assistance à la dramaturgie et création du mouvement : Josiane Bernier
Conception vidéo : Alexandre Berthier, Théâtre Rude Ingénierie
Performance : Josiane Bernier, Bruno Bouchard, Philippe Lessard Drolet, Danya Ortmann, Fabien Piché, Pascal Robitaille
Production : Recto-Verso (Québec), Théâtre Rude Ingénierie (Québec)
Photo : Théâtre Rude Ingénierie

 

CON GRAZIA
Performance sonore et visuelle
Martin Messier et Anne Thériault
Salle Multi
7 et 8 février 2018, 20h
Général : 36 $ / 30 ans et moins : 30 $
Taxes et frais de services inclus

Durée : 55 minutes

Le 7 février, après la représentation, les artistes s’entretiendront avec le public

Con grazia est une ode intense à l’agonie du monde matériel. Orfèvres du geste passés maîtres dans l’art de faire voir des sons, les virtuoses et touche-à-tout Martin Messier et Anne Thériault deviennent ici les détonateurs vivants d’un opus dédié à la démolition des objets. Manipulant des sources lumineuses, les performeurs créent une série de tableaux qui, comme des flashs hallucinés, s’additionnent et s’enchaînent au fil de manœuvres méticuleusement orchestrées. Dans l’ombre de cette destruction minutieuse, des machines grondent, prêtes à semer le chaos. Avec grâce, les deux performeurs frappent, triturent, torturent, pulvérisent la matière et la font voler en éclats dans une hécatombe musicale et rythmique fracassante.

Mise en scène, création et interprétation : Martin Messier, Anne Thériault
Coproduction : Festival TransAmériques (Montréal)
Photo : Martin Messier

Présenté en collaboration avec La Rotonde

 

SUPERSUPER
Danse et arts numériques
Line Nault
Studio d’Essai
8 février 19h, 9 février 20h

Tarifs :

SuperSuper
Général : 20 $ / 30 ans et moins : 16 $

Forfait SuperSuper et Soirée indomptée III
Général : 35 $ / 30 ans et moins : 28 $

Taxes et frais de services inclus

Durée : 50 minutes

Le 9 février, après la représentation, Line Nault s’entretiendra avec le public.

Fondé sur la recherche du nombre ultime ainsi que sur les principes de résonance du corps dans l’espace et de projection dans le numérique, SuperSuper est un triptyque composé de Super8, Super réalité et Super N64. Deux interprètes y exécutent une partition gestuelle vertigineuse où le code numérique est dévié et devient poésie. Corps, son et image sont ici modelés et articulés par un système de localisation. Les mouvements et déplacements des interprètes échafaudent peu à peu un monde parallèle, un espace augmenté, sorte de base de données. Une forme de surveillance opère sur les protagonistes, les maintenant prisonnières du jeu dans lequel elles évoluent, pour aboutir finalement à une relecture de Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé. Projet synthèse réunissant toutes les préoccupations artistiques de Line Nault, SuperSuper s’érige autour de systèmes, de codages, de flux génératifs, de mouvements et de mots – le mouvement qui parle et les mots qui bougent – qui catapultent les éléments physiques, sonores et visuels dans des zones où la perception est complètement transfigurée.

Création : Line Nault, en étroite collaboration avec l’équipe
Interprétation : Audrey Bergeron, Jessica Serli
Système interactif sonore et visuel : Alexandre Burton
Co-production : Recto-Verso (Québec), Studio artificiel (Montréal)
Avec des extraits de textes d’Albert Low dans Super Réalité, le texte Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé dans SuperN64 et le texte de Line Nault dans Super8.
Photo : Philémon Crête

 

CÔNE EN TÊTE C ÇA KC L’ARME CHAUDE DE L’IVRESSE
Installation performative
Soirée Indomptée III
Alexandre St-Onge
Salle Multi
10 février 18h30

Tarifs :

Soirée Indomptée III
Général : 25 $ / 30 ans et moins : 20 $

Forfait SuperSuper et Soirée indomptée III
Général : 35 $ / 30 ans et moins : 28 $

Taxes et frais de services inclus

Durée 90 minutes

Cône en tête C Ça KC l’arme chaude de l’ivresse est une installation performative radicale qui éprouve le corps en action et ses mutations fictives à travers différentes médiations sonores, textuelles, visuelles, électriques et numériques. Dans un dispositif technologique dépouillé, l’artiste livre avec une énergie fulgurante des traductions subjectives de langues étrangères, traductions obtenues grâce à divers procédés, tant analogiques que numériques. Au gré de ses errances verbales et gestuelles, manipulant une panoplie d’accessoires inusités, il fait émerger une cosmogonie complètement délurée. Véritable ghetto blaster psychique, Cône en tête C Ça KC l’arme chaude de l’ivresse est l’incarnation d’une entité chimérique, instable et déchaînée, qu’une créativité exubérante guide à travers des dimensions imaginaires et spatiotemporelles libérées de toute limite !

Création : Alexandre St-Onge
Développement technique du dispositif performatif : Guillaume Arseneault, Patrice Coulombe
Soutien : Conseil des arts et des lettres du Québec
Photo : Fanny Arseneault

 

STRANGE MOODS AND DISSONANT FEELINGS
Installation-performance, mouvement et nouveaux médias
Soirée Indomptée III
Pascal Dufaux et Sarah Wendt
Salle Multi
10 février 18h30

Tarifs :

Soirée Indomptée III
Général : 25 $ / 30 ans et moins : 20 $

Forfait SuperSuper et Soirée indomptée III
Général : 35 $ / 30 ans et moins : 28 $

Taxes et frais de services inclus

Durée 40 minutes

À la fois espace performatif et installation interactive, Strange Moods and Dissonant Feelings est une œuvre-processus, un « dispositif d’archivage à court terme », qui explore de nouvelles possibilités narratives, perceptuelles et visuelles. Par un procédé de rétroaction vidéo, l’œuvre met en scène une danseuse et des objets qui sont captés par une caméra en circuit fermé refilmant sans fin la projection de son propre signal avec un délai de dix secondes. Se crée alors en direct une chambre d’échos visuel et sonore, un espace qui se décuple sans cesse et dont les innombrables couches s’additionnent. Entre le temps présent et le passé immédiat, des reliquats des présences et des absences de la performeuse se démultiplient en un tunnel temporel d’une profondeur insondable, où l’acte de danser et ses rémanences se rejouent à l’infini.

Photo : Pascal Dufaux et Sarah Wendt

 

ONDES
Performance et installation multidisciplinaire
Soirée Indomptée III
Collectif LAS (Sarah Booth, Léa Ratycz-Légaré et Ariane Voineau)
Studio d’Essai
10 février 18h30

Tarifs :

Soirée Indomptée III
Général : 25 $ / 30 ans et moins : 20 $

Forfait SuperSuper et Soirée indomptée III
Général : 35 $ / 30 ans et moins : 28 $

Taxes et frais de services inclus

Durée 40 minutes

Dans un environnement jonché de papiers, métaphore à la fois de l’atelier et de l’imaginaire, une artiste est en pleine création. Elle enduit de peinture des plaques de bois gravées pour en imprimer les motifs sur différentes surfaces. Tels les spectres de ses idées, deux danseuses unissent leurs corps aux œuvres produites : leurs mouvements deviennent matière, éphémère et changeante, et leur peau, l’extension de la fibre du papier où l’artiste laisse son empreinte. Des vibrations semblent se propager d’un élément à l’autre puis s’imprimer sur les corps, dans le son et dans les projections vidéo. Performance sensible où diverses manœuvres se cristallisent en une installation vivante, Ondes nous entraîne sur le chemin sinueux des idées, là où l’œuvre prend vie.

Ondes sera accessible dans sa version installative lors de la soirée du samedi 10 février ainsi que le dimanche 11 février de 12 h à 17 h.

Création et interprétation : Sarah Booth (artiste visuelle), Léa Ratycz-Légaré et Ariane Voineau (artistes de la danse)
Conception sonore : Josué Beaucage
Conception vidéo : Alexandre Berthier
Photo : Raphaël Posadas

 

ON ENTEND LIRE JUSQU’AU BOUT
Lecture
Julien Clauss, Cécile Clozel et Emma Loriaut
cycliq.org / vehicule-lent.org
Tam Tam Café (421 Boulevard Langelier)
17 février 2018, 18 h
en continu jusqu’au dimanche 18 février
Entrée libre

Expérience de lecture radiophonique participative de longue durée, On entend lire jusqu’au bout… convie à un marathon de lecture partagée, où un livre entier est dévoré collectivement, sans interruption, d’un couvert à l’autre.

Le principe est simple : dans un lieu précis, évoquant la vie quotidienne, les participants sont invités à devenir tour à tour auditeurs ou lecteurs passagers. Un dispositif radiophonique (microphone, émetteur FM, multitude de postes radio portatifs) est mis à leur disposition et diffuse leur voix au fil de la lecture, ainsi spatialisée, dans différents espaces aménagés. Ceux qui le désirent peuvent prendre place au micro pour lire un passage de la longueur qui leur convient. Ne manquant pas un mot de l’histoire, les participants peuvent circuler librement d’une pièce à une autre, s’endormir, casser la croûte, discuter à l’écart, sortir se balader, lire et écouter, faire une nuit blanche… expérimentant ainsi toute la variété de modalités d’écoute que permettent les conditions créées.

Sans que cela interrompe ces processus d’écoute et de lecture, des repas préparés en accord culinaire avec l’œuvre choisie sont proposés par Cécile Clozel.

Conception : Emma Loriaut
Réalisation : Julien Clauss, Cécile Clozel, Emma Loriaut
Soutien : Consulat général de France à Québec
Photo : Emma Loriaut

 

P.O.R.N. PORTRAIT OF RESTLESS NARCISSISM
Esquisse (oeuvre en création), théâtre multidisciplinaire
Christian Lapointe et Nadia Ross
theatreblanc.qc.ca / stounion.com
Musée de la civilisation, auditorium Roland-Arpin
23 février 2018, 20h
Général : 10 $ / 30 ans et moins : 8 $
Taxes et frais de services inclus

Présenté en anglais

Durée : 50 minutes

Engagés depuis un moment dans une conversation profonde sur l’art et la vie, Nadia Ross et Christian Lapointe furent, au fil de leurs discussions, sidérés par un constat : la pornoculture, corollaire de la société du spectacle, a envahi toutes les sphères de la société, et il semble désormais impossible d’y échapper. De la foodporn au shoeporn à la toolporn à la mise en ligne de soi, tout est devenu pornographie. Comment, dès lors, s’extraire des dédales de cette culture pornographique qui se pose en courant esthétique populaire et gagne sans cesse du terrain sur nos vies quotidiennes ? Aux prises avec ce problème, qui remet même leurs propres pratiques en cause, Lapointe et Ross se lancent ici dans une quête pour démonter les mécanismes de ce phénomène.

Conception et jeu : Christian Lapointe, Nadia Ross
Direction technique : Matéo Thébaudeau, Rob Scott
Co-production : Théâtre Blanc (Québec), STO Union (Farrellton)
Photo : Christian Lapointe et Nadia Ross

 

ACTIVITÉS ET ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX


JOURNÉE D’ÉTUDE SUR LA DRAMATURGIE PLURIELLE
Présenté par le LANTISS et la Chaire de dramaturgie sonore de l’UQAC
8 février, 9 h à 17 h 30 –  Musée des Augustines
9 février, 10 h à 17 h 30 – LANTISS

Contribution volontaire

Ces journées rassemblent chercheurs, étudiants, créateurs et théoriciens pour qu’ils échangent sur les enjeux d’une dramaturgie plurielle à partir de trois axes : outils d’écriture, processus de création et archivage, esthétique. À ne pas manquer le jeudi 8 février, l’installation performative Phonographie 3 : Les Moniales Dominicaines et Laurence ainsi que le vendredi 9 février, la présence de l’Ensemble Lunatik et la présentation des résultats d’un séminaire de recherche-création en arts de la scène et de l’écran.

dramaturgieplurielle.com

 

Présenté par JokerJoker

 

…MANQUANTE
16 et 17 février, 20 h / 18 février, 16 h et 20 h

Lieu mystère

Général : 20 $

…manquante, du Collectif des P’lis d’langue, est une création inachevée et inachevable, une improvisation littéraire qui implique le spectateur. Comme protagonistes : deux idées assez bonnes pour naître dans le chaos créateur d’une tête, mais trop impertinentes pour qu’on en accouche à titre d’œuvres achevées. Tout au long de l’expérience, le public prendra part à la création, entre performance littéraire multidisciplinaire et atelier d’écriture interactif. Le lieu sera dévoilé deux semaines avant la tenue de l’événement.

jokerjoker.co

 

ATELIER EN DANSE AVEC SARAH WENDT
Présenté en collaboration avec L’Artère
12 février, 10 h à 12 h
salle Multi, dans le dispositif de Strange Moods and Dissonant Feelings
Sur inscription
Membres de l’Artère : 12 $ / Non-membres : 15 $

Prenant place dans le dispositif vidéo-cinétique de la performance Strange Moods and Dissonant Feelings, l’atelier invite les participantes et les participants à explorer les possibilités chorégraphiques qu’offre le système de délai vidéo créé par Pascal Dufaux. Ce dispositif met en scène de multiples images du performeur, qui sont simultanément projetées dans la dissolution d’un tunnel vidéo-temporel.

Cette activité s’adresse aux artistes, aux étudiantes et aux étudiants en danse, théâtre et performance.

Inscription : inscriptions@larteredanse.ca

Photo : Pascal Dufaux et Sarah Wendt

Catégorie : Actualité Festival Étiquettes : , ,

A propos David Lefebvre

Titulaire d'un DEC en communications, Art et technologie des médias, du Cégep de Jonquière et d'un certificat en communications de l'UQAM, David Lefebvre s'intéresse au théâtre petit à petit grâce à des critiques qu'il doit effectuer pour Planète Montréal, l'émission du retour à la maison de Radio Centre-Ville dont il fut l'animateur du mercredi durant près d'un an et demi. Il fonde, en juillet 2002, MonTheatre.qc.ca, ne trouvant pas de site rassembleur sur le Web. Depuis février 2003, il est membre de l'Association des critiques de théâtre du Québec et a été, pour les années 2007 et 2008, le secrétaire de l'AQCT, puis depuis 2017, vice-président de l'association. Depuis la saison 2015-2016, il est collaborateur de l'émission radiophonique Les enfants du paradis, animée par Robert Boisclair à CKRL, le lundi entre 17h30 et 18h30. David est le fondateur, concepteur, directeur, webmestre, rédacteur en chef, journaliste et critique de MonTheatre.qc.ca.