Les choix de l’équipe pour la saison 2016 (septembre à décembre)

par | 31 août 2016

par l’équipe de MonTheatre

MonTheatre amorce la couverture de sa 15e saison théâtrale… et se sent prête !

Certains membres de notre équipe ont bien voulu, encore une fois, relever le défi de vous présenter leur top 5 des pièces à ne pas manquer d’ici l’hiver 2017.

Une excellente façon de découvrir ce qui nous attend, autant dans les salles de la métropole que celles de Québec !

Les suggestions de… SARA

LE ROYAUME DES ANIMAUX, texte de Roland Schimmelpfennig, mise en scène d’Angela Konrad, avec Éric Bruneau, Philippe Cousineau, Alain Fournier, Marie-Laurence Moreau, Gaétan Nadeau et Lise Roy au Quat’sous du 6 septembre au 1er octobre 2016.

POURQUOI – parce qu’Angela Konrad s’est imposée dans les dernières années comme une metteure en scène majeure du théâtre québécois contemporain qui propose une réflexion pertinente sur le rôle de l’art dans la société.

LA CAMPAGNE, texte de Martin Crimp, mise en scène de Jérémie Niel, avec Delphine Bienvenu, Victoria Diamond et Justin Laramée, au Prospero du 4 au 22 octobre 2016.

POURQUOI – pour la précision de l’écriture de l’auteur anglais Martin Crimp (La ville, Dans la république du bonheur) et pour la cruauté du regard satirique qu’il pose sur la société actuelle.

UNE FEMME À BERLIN, texte de Marta Hillers, mise en scène de Brigitte Haentjens, avec Evelyne de la Chenelière, Sophie Desmarais, Louise Laprade, Frédéric Lavallée et Évelyne Rompré, à l’Espace GO du 25 octobre au 19 novembre 2016.

POURQUOI – pour la force et l’originalité du témoignage de la journaliste berlinoise Mara Hillers durant les derniers jours de la Deuxième Guerre mondiale, ainsi que pour la sensibilité toujours renouvelée de Brigitte Haentjens sur le féminin.

SEHNSUCHT + IN THE EVENT + STOP-MOTION, du Nederlands Dans Theater, au Théâtre Maisonneuve du 1er au 5 novembre 2016.

POURQUOI – parce que cette compagnie fondée en 1959 ne cesse de repousser les limites de la danse contemporaine grâce à un répertoire d’œuvres où la virtuosité des danseurs est mise en valeur par un travail scénographique toujours très soigné.

DIMANCHE NAPALM, texte et mise en scène de Sébastien David, avec Alex Bergeron, Henri Chassé, Louison Danis, Sylvie Léonard, Geneviève Schmidt et Cynthia Wu-Maheux, au Théâtre d’Aujourd’hui du 8 au 26 novembre 2016.

POURQUOI – parce que la langue de Sébastien David (Les Morb(y)des, Ta yeule Kathleen), à la fois crue et poétique, donne une profondeur et une individualité à des personnages mis à nu, dans toute leur humanité et leur fragilité.

 

Les suggestions de… DAPHNÉ

ALBUM DE FINISSANTS, création portée par Michelle Parent et Anne Sophie Rouleau, adaptation et mise en scène d’Anne Sophie Rouleau, avec Dany Boudreault, Simon Landry-Désy, Joseph Martin, Michelle Parent, Annie Valin, à Espace Libre, du 13 au 29 octobre 2016

POURQUOI – Nouvelle création « de quartier » d’Espace Libre (en collaboration avec des écoles et des organismes voisins du théâtre, cette fois) après la très réussie Pôle Sud. On est curieux de voir le résultat.

1984, de George Orwell, mise en scène d’Édith Patenaude, avec Véronique Côté, Jean-Michel Déry, Maxim Gaudette, Éliot Laprise, Justin Laramée, Alexis Martin, Claudiane Ruelland et Réjean Vallée, au Théâtre Denise-Pelletier, du 10 novembre au 2 décembre 2016

POURQUOI – Grandes attentes pour cette adaptation du roman-culte de George Orwell. Des thèmes et enjeux on ne peut plus actuels, et des comédiens de talent, dans une traduction de Guillaume Corbeil. Ça devrait être bon!

LOGIQUE DU PIRE, d’Étienne Lepage et Frédérick Gravel, avec Philippe Boutin, Yannick Chapdelaine, Gabrielle Côté, Renaud Lacelle-Bourdon, Marilyn Perreault, à La Chapelle, du 15 au 18 novembre 2016

POURQUOI – Lepage et Gravel forment un duo redoutable. Créée en 2016 au FTA, Logique du pire est drôle, féroce, cynique, mais pas dépressive, et dresse un constat lucide et plein de mordant d’une génération désillusionnée.

ANNE – LA MAISON AUX PIGNONS VERTS, de Lucy Maud Montgomery, adaptation et mise en scène de Frédéric Bélanger, avec Shauna Bonaduce, Maxime Desjardins, Paméla Dumont, Katrine Duhaime et Steve Gagnon, au Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier, du 6 au 21 décembre 2016

POURQUOI – On aime les adaptations de Frédéric Bélanger et du Théâtre Advienne que pourra. Si leur Sherlock Holmes manquait un peu de viande, leurs Trois mousquetaires et Tour du monde en 80 jours mettent en confiance. Et puis, Anne… c’est toute l’enfance et la nostalgie qui remontent!

Pour terminer, je triche…

En cette année du 400e anniversaire de la mort de Shakespeare, il ne faudrait pas rater la reprise du Macbeth d’Angela Konrad, qui avait remporté un vif succès l’an dernier et que je ne veux pas manquer cette année, et la création Gloucester (on nous promet une comédie folle et débridée)

Macbeth, concept, adaptation et mise en scène Angela Konrad, avec Philippe Cousineau, Alain Fournier, Gaetan Nadeau, Dominique Quesnel et Olivier Turcotte, à l’Usine C, du 29 novembre au 7 décembre 2016

Gloucester, de Simon Boudreault et Jean-Guy Legault, mise en scène de Marie-Josée Bastien, avec Emmanuel Bédard, Geneviève Bélisle, David Bouchard, Simon Boudreault, Eloi Cousineau, Érika Gagnon, Jonathan Gagnon, Jean-Guy Legault, Catherine Ruel et Alexandrine Warren, à la Cinquième Salle, du 25 novembre au 17 décembre 2016

 

Les suggestions de… GABRIELLE

J’AIME HYDRO, de Christine Beaulieu, mise en scène Philippe Cyr, avec Christine Beaulieu, Mathieu Doyon et Mathieu Gosselin, La Licorne du 30 août au 10 septembre, épisodes 4 et 5 du 4 au 13 avril 2017, à l’Usine C)

POURQUOI – Parce qu’on en a eu un aperçu au FTA plus tôt cette année. Parce qu’on a découvert un objet théâtral inusité, instructif, très bien raconté et original. Parce que des podcasts, c’est très 2016. Parce que les acteurs y sont vraiment bons, et que Christine Beaulieu nous raconte une histoire personnelle avec humour, documentation béton à l’appui.

LA DÉLIVRANCE, de Jennifer Tremblay, mise en scène de Patrice Dubois, avec Sylvie Drapeau, au Théâtre d’Aujourd’hui du 20 septembre au 15 octobre 2016

POURQUOI – Parce que c’est le dernier «round» de la trilogie de Tremblay qui nous a donné La Liste et Le Carrousel. Parce que Sylvie Drapeau y est toujours exceptionnelle. Parce que l’écriture de Tremblay est bouleversante et merveilleusement bien articulée.

SOUNJATA, d’Alexis Martin (texte et mise en scène), avec Yaya Coulibaly, Habib Dembélé, Mamadou Koné, Steve Laplante, Karine St-Arnaud, Espace libre, du 20 septembre au 8 octobre 2016

POURQUOI – Parce que de la diversité sur la scène québécoise, c’est rare, important et original. Parce qu’il y a des marionnettes. Parce que ça se passe à Bamako.

LE BRASIER, de David Paquet, mise en scène de Philippe Cyr, avec Paul Ahmarani, Kathleen Fortin et Dominique Quesnel, salle Jean-Claude Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, du 27 septembre au 15 octobre

POURQUOI – Parce que Paquet nous a donné Porc-Épic, et qu’on attendait son prochain texte avec impatience. Parce qu’on nous dit que ça va peut-être être drôle. Parce que tout le monde de la distribution est bon, et mis ensemble, ça promet.

À LA DOULEUR QUE J’AI, chorégraphie de Virginie Brunelle, avec Isabelle Arcand, Sophie Breton, Claudine Hébert, Chi Long, Milan Panet-Gigon, Peter Trosztmer, Usine C, du 23 au 26 novembre 2016

POURQUOI – Parce que la danse c’est intense. Parce que Brunelle (Foutrement) présente toujours des objets originaux et prometteurs. Parce qu’on aime la référence du titre. Parce que ce sera sûrement puissant et désarmant.

Les suggestions… d’OLIVIER

DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON de Bernard-Marie Koltès, mise en scène de Roland Auzet, avec Anne Alvaro et Audrey Bonnet, au Théâtre Prospero du 12 au 17 septembre 2016.

POURQUOI – Parce que l’auteur expose toute la cruauté des relations humaines. Parce qu’une œuvre créée par le grand Patrice Chéreau pique toujours la curiosité, surtout ici avec des actrices dans des rôles «traditionnellement» masculins.

LE ROYAUME DES ANIMAUX de Roland Schimmelpfennig, mise en scène d’Angela Konrad, avec Éric Bernier, Philippe Cousineau, Alain Fournier, Marie-Laurence Moreau, Gaétan Nadeau et Lise Roy, au Théâtre de Quat’sous du 6 septembre au 1er octobre 2016.

POURQUOI – Parce que Konrad a brillamment secoué les univers de Tchekhov, Shakespeare et Garneau avec sa signature féroce. Parce que mes deux expériences antérieures avec le dramaturge allemand (Une Nuit arabe, Le Dragon d’or) ont été surprenantes.

TARTUFFE de Molière, mise en scène de Denis Marleau, avec Carl Béchard, Benoît Brière, Anne-Marie Cadieux, Violette Chauveau, Nicolas Dionne-Simard, Annie Éthier, Maxime Genois, Rachel Graton, Denis Lavalou, Bruno Marcil, Monique Miller, Jérôme Minière et Emmanuel Schwartz, au TNM, du 27 septembre au 22 octobre 2016.

POURQUOI – Parce que, quatre ans après nous avoir surpris avec des Femmes savantes dans un cadre enchanteur, le réputé metteur en scène québécois plonge dans l’une des partitions les plus sombres et torturées de l’indémodable Jean-Baptiste Poquelin.

ABÎMÉS – Quatre courtes pièces de Samuel Beckett, de Samuel Beckett, mise en scène de Catherine Bourgeois, avec Marc Béland, Guillermina Kerwin, Gabrielle Marion-Rivard et Michael Nimbley, à la salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier du 4 au 22 octobre 2016.

POURQUOI – Parce que ces facettes méconnues du célèbre écrivain (En attendant Godot) semble un matériau très pertinent pour s’inscrire à une démarche qui cherche les trucs inusités.

LE BAIN de Jasmine Dubé, avec Julie McClemens et Denys Lefebvre, à la Maison Théâtre du 8 décembre 2016 au 8 janvier 2017.

POURQUOI – Parce que le Théâtre Bouches Décousues, respecte l’intelligence et la sensibilité du jeune public. Parce que le porcelet rose paraît des plus attendrissants ; plus de 130 000 spectateurs ont succombé à son charme depuis la création de la pièce en 1997.

Les suggestions de… CAROLINE

MA(G)MA, écriture scénique de Castel Blast, mise en scène et chorégraphie de Léo Loisel et Olivia Sofia, avec 30 interprètes de la relève, à L’Espace Libre du 31 août au 10 septembre 2016

POURQUOI – parce que cette oeuvre mêlant le théâtre au chant et à la danse s’interroge sur cette jeunesse qui est la mienne, sur sa démesure et son rapport aux autres.

FUCK YOU! YOU FUCKING PERV!, créé et interprété par Leslie Baker, à La Petite Licorne du 10 au 14 octobre 2016

POURQUOI – parce que ce les troubles mentaux et les abus sexuels sont encore tabous et que cette pièce est passée par plusieurs festivals renommés, dont New York Fringe, Summerworks de Toronto et Wildside à Montréal.

DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON texte de Bernard-Marie Koltès, mise en scène Roland Auzet, avec Anne Alvaro et Audrey Bonnet, au Théâtre Prospéro du 12 au 17 septembre 2016

POURQUOI – poésie, intimité et émotions. Et Koltès.

LES INCONNUS, texte de Julie-Anne Ranger-Beauregard, mise en scène de Frédéric Blanchette, avec Marie Bernier et Alexandre Fortin, à La Petite Licorne du 5 au 30 septembre 2016

POURQUOI – parce que ça parle des premières rencontres, des personnages que l’on se crée et que l’on présente aux autres.

UN VENT SE LÈVE QUI ÉPARPILLE, texte de Jean Marc Dalpé, adaptation pour la scène de Johanne Melançon, Geneviève Pineault et Alice Ronfart, avec David Boutin, Roch Castonguay, Annick Léger, Robert Marinier, Milva Ménard et Bryan Morneau, à La Grande Licorne du 8 au 12 novembre 2016

POURQUOI – Pas seulement parce qu’il y a David Boutin (!), mais parce que c’est l’histoire d’un triangle amoureux dont les différentes perspectives sont narrées.

 

Les suggestions de… MARIE-LUCE

LE ROYAUME DES ANIMAUX, texte de Roland Schimmelpfennig, traduction Angela Konrad et Dominique Quesnel, mise en scène Angela Konrad, avec Avec Eric Bernier, Philippe Cousineau, Alain Fournier, Marie-Laurence Moreau, Gaétan Nadeau, Lise Roy, présenté au Quat’Sous du 6 septembre au 1er octobre 2016.

POURQUOI – Parce qu’un spectacle signé Angela Konrad est assurément un spectacle intelligent, déroutant et cruel, parce que la mise en abyme est intrigante et parce que les acteurs de cette production sont impressionnants.

DES FRAISES EN JANVIER, d’Évelyne de la Chenelière, adaptation en théâtre musical et mise en scène par Frédéric Bélanger, avec Stéphane Archambault, Léane Labrèche-Dor (en remplacement d’Isabelle Blais), Laurence Dauphinais, Jean-Philippe Perras, présenté à la salle Pauline-Julien le 14 octobre 2016.

POURQUOI – Parce qu’il s’agit d’un de mes textes préférés de la dramaturgie québécoise, à la fois simple et tellement charmant, parce que j’adore la créativité des mises en scène de Frédéric Bélanger, parce que la musique en direct (avec trois musiciens présents sur scène) promet de nous plonger dans un univers à part.

GLOUCESTER, de Simon Boudreault et Jean-Guy Legault, mise en scène Marie-Josée Bastien, assistée d’Amélie Bergeron, avec Emmanuel Bédard, Geneviève Bélisle, David Bouchard, Simon Boudreault, Eloi Cousineau, Érika Gagnon, Jonathan Gagnon, Jean-Guy Legault, Catherine Ruel et Alexandrine Warren, à la cinquième salle de la Place des Arts du 25 novembre au 17 décembre 2016.

POURQUOI – Parce que faire de la création autour du monument qu’est Shakespeare n’est pas une mince affaire, parce que la pièce promet d’être délurée et éclatée, parce que l’équipe de ce spectacle est très impressionnante.

DOCTEUR B., texte et interprétation Charles Behr et Ève-Chems de Brouwer, mise en scène Ève-Chems de Brouwer, présentée à l’Espace libre du 23 novembre au 3 décembre 2016.

POURQUOI – Parce que le mélange entre performance, danse et théâtre-documentaire m’intrigue et parce que je trouve vraiment intéressant qu’une comédienne-metteure en scène s’associe avec un neurologue spécialiste de l’épilepsie pour créer un spectacle sur le cerveau, ses dysfonctionnements et sa capacité à rêver, fantasmer et imaginer.

MACBETH, texte Shakespeare, traduction Michel Garneau,Concept, adaptation et mise en scène Angela Konrad, avec Philippe Cousineau, Alain Fournier, Gaetan Nadeau, Dominique Quesnel et Olivier Turcotte, présenté à l’Usine C du 29 novembre au 7 décembre 2016.

POURQUOI – Parce que j’ai vu ce spectacle l’an dernier et que j’ai été renversée, parce que l’ensemble de la conception scénographique est éblouissant, parce que la richesse de la langue est magnifique, parce que vous n’avez pas le choix de courir voir ce spectacle si vous l’avez manqué l’an dernier!

…ET QUÉBEC ?

La très riche programmation de la vieille capitale nous en fera voir de toutes les couleurs cette saison. Pour s’y retrouver, Sylvie et David ont bien voulu nous proposer leurs coups de coeur…

Les suggestions de… Sylvie

887, de Robert Lepage, du 13 septembre au 8 octobre 2016 au Trident

POURQUOI – Parce qu’une pièce d’Ex Machina et Robert Lepage est toujours un événement en soi, et à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’un solo. 887 est l’événement incontournable de la rentrée. Celui pour qui il faut être personnel pour être universel traite d’un thème qui nous rejoindra tous : celui de sa relation avec son père. L’émotion sera au rendez-vous.

ST-AGAPIT 1920, d’Olivier Normand, du 18 au 29 octobre au Périscope

POURQUOI – On ne saurait manquer la chance de revoir cette pièce qui a déjà été présentée à Premier Acte, ou de la découvrir pour ceux qui ne l’ont pas vu. Si Robert Lepage nous parle de son père, Olivier Normand aborde ici l’idée du souvenir et de la vie qui passe à travers les derniers jours de sa grand-mère, atteinte d’Alzheimer. Que restera-t-il lorsque la fin approchera? Où iront tous les souvenirs lorsque la mémoire flanchera?

LES BONS DÉBARRAS, d’après le scénario original de Réjean Ducharme, adaptation et mise en scène Frédéric Dubois, du 1er au 26 novembre 2016, au Trident

POURQUOI – Pour 3 raisons qui se suffisent en elles-mêmes : Réjean Ducharme, Frédéric Dubois et le Théâtre des Fonds de Tiroirs. Le chouchou de Québec s’est envolé vers Montréal, mais son public ne ratera pas ces retrouvailles rendues d’autant plus savoureuses par cette séparation de quelques kilomètres. Bonus : la musique de Pascal Robitaille.

FUCK TOUTE, de Catherine Dorion et Mathieu Campagna, du 24 novembre au 3 décembre, Premier Acte

POURQUOI – C’est aussi une deuxième chance pour le public de recevoir Fuck toute de Catherine Dorion et Mathieu Campagna. On ajoute la pièce à notre agenda, car elle marquera à coup sûr, que ce soit notre imaginaire tout simplement, mais aussi la carrière de ces deux artistes de Québec, entiers et poétiques.

Les suggestions… du rédac’ chef David

887, Gloucester, Les Bons Débarras, Fuck toute… ces titres seront assurément des incontournables de la rentrée théâtrale. Mais d’autres pépites pourraient valoir son pesant d’or…

LES CAVEAUX, Danse ; création Alan Lake, chorégraphie Alan Lake, avec la complicité des interprètes, avec Alan Lake, David Rancourt, Arielle Warnke St-Pierre et plusieurs danseurs invités

POURQUOI  – la création est réellement intrigante : lieu tenu secret, amalgame du langage chorégraphique à la scénographie, de l’art visuel et de la vidéo.. On parle de « terrifiant », de « brutalité »… Bref, ça risque d’être puissant.

ENVIES, texte Samantha Clavet, mise en scène Patric Saucier, avec Catherine Simard et Samantha Clavet, du 1er au 5 novembre au Sinatra (ancien Zone, 3e avenue, Limoiou)

POURQUOI – j’aime bien les in situ, sortir des salles et aborder le théâtre dans tout ce qu’il peut offrir d’organique. La pièce abordera évidemment les envies et le sexe (le spectacle est 18 ans et plus), mais aussi, possiblement, des personnalités multiples qui sommeillent en chacun de nous.

LES MARCHES DU POUVOIR (FARRAGUT NORTH), texte Beau Willimon,
traduction David Laurin, mise en scène Marie-Hélène Gendreau, avec Charles-Étienne Beaulne, Maxime Beauregard-Martin, Sophie Dion, Hugues Frenette, Israël Gamache, Jean-Sébastien Ouellette et Nathalie Séguin, du 1er au 26 novembre, La Bordée

POURQUOI – pièce politique écrite par l’auteur de House of Cards, avec Marie-Hélène Gendreau (Trainspotting, Sur la montagne, nue, Tom à la ferme, L’Ouest sauvage) aux commandes… ça promet !

LE CIEL DES OURS (Il Cielo degli Orsi), Dès 3 ans, mise en scène et décor Fabrizio Montecchi, avec Deniz Azhar Azari et Andrea Coppone, les 13 et 20 novembre, Les Gros Becs

POURQUOI – théâtre d’ombres des plus classiques pour jeune public venant directement d’Italie, la production semble enchanteresse.

CORPS AMOUR ANARCHIE | LÉO FERRÉ, direction artistique et mise en scène Pierre-Paul Savoie, direction musicale et arrangements Philippe B., Philippe Brault, chanteurs Philippe B., Bïa, Alexandre Désilets, Michel Faubert, chorégraphes Hélène Blackburn, Emmanuel Jouthe, Anne Plamondon, David Rancourt, et Pierre-Paul Savoie et quinze artistes sur scène

POURQUOI – J’avais raté la production Danse Lhasa Danse qui, avait-on dit, était prodigieuse. Par contre, j’avais pu voir dans la même veine, en 2011, une production française, L’homme à tête de chou, de Jean-Claude Gallotta, sur la musique de Gainsbourg, mais interprétée par le regretté Alain Bashung (extraordinaire). Et avec une telle liste d’artistes, il faudra assurément sauter sur l’occasion de voir ce spectacle qui promet !

 

Catégorie : À venir Danse Théâtre Étiquettes : , , , , ,

A propos David Lefebvre

Titulaire d’un DEC en communications, Art et technologie des médias, du Cégep de Jonquière et d’un certificat en communications de l’UQAM, David Lefebvre s’intéresse au théâtre petit à petit grâce à des critiques qu’il doit effectuer pour Planète Montréal, l’émission du retour à la maison de Radio Centre-Ville dont il fut l’animateur du mercredi durant près d’un an et demi. Il fonde, en juillet 2002, MonTheatre.qc.ca, ne trouvant pas de site rassembleur sur le Web. Depuis février 2003, il est membre de l’Association des critiques de théâtre du Québec et a été, pour les années 2007 et 2008, le secrétaire de l’AQCT, puis depuis 2017, vice-président de l’association. Depuis la saison 2015-2016, il est collaborateur de l’émission radiophonique Les enfants du paradis, animée par Robert Boisclair à CKRL, le lundi entre 17h30 et 18h30.

David est le fondateur, concepteur, directeur, webmestre, rédacteur en chef, journaliste et critique de MonTheatre.qc.ca.