Lauréats des Prix de la critique de l’AQCT section Montréal, saison 2018-2019

par | 3 décembre 2019

source : AQCT
Extraits du communiqué

L’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) a remis ce lundi devant public, lors d’un 5 à 7 à la Maison Théâtre, les Prix de la critique de son chapitre montréalais pour la saison 2018-2019. Voici la liste des lauréates et des lauréats.

Dans la catégorie « Meilleur spectacle » :

CHAPITRES DE LA CHUTE, de Stefano Massini, traduit par Pietro Pizzuti, dans une mise en scène de Marc Beaupré et Catherine Vidal, une coproduction de Terre des Hommes, de Cœur battant et du Théâtre de Quat’sous.

Le spectacle s’est démarqué par la polyvalence remarquable des comédiens et comédiennes qui cumulaient avec brio plusieurs personnages, par l’audace probante de la distribution des rôles à l’aveugle, par la rigueur et la sagacité de la mise en scène et par le traitement éclairant de l’événement historique qu’est la chute de l’entreprise Lehmann Brothers.

Les autres finalistes étaient :

CORIOLAN, de William Shakespeare, traduit et adapté par Michel Garneau, dans une mise en scène de Robert Lepage, une production du Théâtre du Nouveau Monde, d’après une production du Festival de Stratford 2018 ;

PLATONOV, AMOUR, HAINE ET ANGLES MORTS, d’après Anton Tchekhov, traduit par Françoise Morvan et André Markowicz, dans une mise en scène et une adaptation d’Angela Konrad, une coproduction du Groupe de la Veillée et de La Fabrik.

Dans la catégorie « Meilleure mise en scène » :

ROBERT LEPAGE, pour Coriolan, de William Shakespeare, traduit et adapté par Michel Garneau, une production du Théâtre du Nouveau Monde, d’après une production du Festival de Stratford 2018.

Le metteur en scène s’est distingué par l’originalité et la modernité du regard qu’il a posé sur un texte classique, par l’usage ingénieux et évocateur des nouvelles technologies et par la richesse de sa vision artistique unique, mise au profit d’une œuvre touchante et éloquente.

Les autres finalistes étaient :

CHRISTIAN LAPOINTE, pour Le reste vous le connaissez par le cinéma, de Martin Crimp, traduit par Christian Lapointe, une coproduction d’Espace Go, de Carte blanche et du Théâtre français du Centre national des Arts ;

FLORENT SIAUD, pour Britannicus, de Jean Racine, une production du Théâtre du Nouveau Monde, en collaboration avec Les songes turbulents.

Dans la catégorie « Meilleur texte original » :

LIGNES DE FUITE, de Catherine Chabot, une coproduction du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et de Corrida.

L’autrice a impressionné par la justesse du portrait social proposé, le regard impitoyable porté sur son époque et sa génération et l’entrelacement des enjeux intimes et politiques, le tout exprimé à travers des dialogues vifs, précis, rythmés et incisifs.

Les autres finalistes étaient:

21, de Rachel Graton, une production de Rachel Graton ;

LES BARBELÉS, d’Annick Lefebvre, une production du Théâtre de Quat’sous et du Théâtre de la Colline.

Dans la catégorie « Meilleure scénographie » :

ODILE GAMACHE, pour sa conception du décor des Larmes amères de Petra von Kant,de Rainer Werner Fassbinder, une coproduction de Création Dans la Chambre et du Théâtre du Trillium.

La scénographe s’est illustrée par l’heureux mélange de baroquisme et de contemporanéité qu’elle a su décliner en couleurs chaudes et saturées, ainsi que par son occupation judicieuse de l’espace, divisé en zones distinctes, mais harmonieusement agencées.

Les autres finalistes étaient :

ROMAIN FABRE, pour sa conception du décor de Fanny et Alexandre,d’Ingmar Bergman, une production du Théâtre Denise-Pelletier ;

JEAN HAZEL, pour sa conception du décor du Reste vous le connaissez par le cinéma, de Martin Crimp, une coproduction d’Espace Go, de Carte blanche et du Théâtre français du Centre national des Arts.

Dans la catégorie « Meilleur spectacle jeune public » :

LE SCRIPTARIUM 2019, d’autrices et d’auteurs adolescents (Marigane Branchaud, Elliot Brie, Jean-Thomas Chartrand, Sarah Desmeules, Mïa Dominique, Marilou Dubois, Yannick Duprez-Goulet, Damien Formichelli, Samuel Gill, Émile Gruda-Mediavilla, Loïc Hébert, Omar Hemissi, Léa Laflamme-Favre, Juliette Mercier, Léa Richard-Cormier, Tomàs Ross, Gaëlle Sweeney, Adèle Tremblay et Anaïs Vaillancourt), un collage de Mathieu Gosselin, sous le commissariat de Didier Lucien, dans une mise en scène de Sylvain Scott, une production du Théâtre Le Clou en collaboration avec le Théâtre Denise-Pelletier et le Théâtre jeunesse Les Gros Becs.

La production s’est distinguée par la précision, le dynamisme et la cohérence du collage des textes d’adolescentes et d’adolescents, par l’interprétation touchante, drôle et polyvalente des actrices et des acteurs, par la sobriété de la scénographie, toute en lumière et en ouvertures, et, enfin, par la grande maîtrise avec laquelle étaient jouxtés rêve et réalité.

Les autres finalistes étaient :

À TABLE !, de Simon Boulerice, Sylvie Laliberté et Serge Marois, dans une mise en scène de Serge Marois, une production de l’Arrière Scène ;

HENRI BARBEAU, de Fabien Fauteux, dans une mise en scène de l’auteur, une production du Théâtre Tortue Berlue.

Dans la catégorie « Interprétation féminine » :

ANNE-MARIE CADIEUX, pour son rôle dans Les Larmes amères de Petra von Kant,de Rainer Werner Fassbinder, traduit par Frank Weigand, adapté par Gabriel Plante, dans une mise en scène de Félix-Antoine Boutin, une coproduction de Création Dans la Chambre et du Théâtre du Trillium.

La comédienne a brillé par la flamboyance, l’intensité et la sensibilité de son incarnation d’une artiste célébrée mais rongée par l’amertume et l’insécurité, en perte de repères, à la fois tyrannique et assoiffée d’amour.

Les autres finalistes étaient :

MARINE JOHNSON, pour son rôle dans 21, de Rachel Graton, dans une mise en scène d’Alexia Bürger, une production de Rachel Graton ;

MAGALIE LÉPINE-BLONDEAU, pour son rôle dans Électre, de Sophocle, adapté par Évelyne de la Chenelière, dans une mise en scène de Serge Denoncourt, une production d’Espace Go.

Dans la catégorie « Interprétation masculine » :

FRANCIS DUCHARME, pour son rôle dans Britannicus, de Jean Racine, dans une mise en scène de Florent Siaud, une production du Théâtre du Nouveau Monde, en collaboration avec Les songes turbulents.

Le comédien s’est illustré par la physicalité, la sensualité prégnante de son jeu et par son interprétation fine, complexe et perspicace d’un personnage historique, qu’il a réussi à éclairer d’une toute nouvelle façon, y insufflant à la fois sophistication, cruauté ainsi qu’une détermination implacable.

Les autres finalistes étaient :

ALEXANDRE GOYETTE, pour son rôle dans Coriolan, de William Shakespeare, traduit et adapté par Michel Garneau, dans une mise en scène de Robert Lepage, une production du Théâtre du Nouveau Monde, d’après une production du Festival de Stratford 2018 ;

RENAUD LACELLE-BOURDON, pour son rôle dans Platonov, amour, haine et angles morts, d’après Anton Tchekhov, traduit par Françoise Morvan et André Markowicz, dans une mise en scène d’Angela Konrad, une coproduction du Groupe de la Veillée et de La Fabrik.

Dans la catégorie « Hors Québec » :

TOUS DES OISEAUX, de Wajdi Mouawad, dans une mise en scène de l’auteur, une production du Théâtre de la Colline, présentée dans le cadre du Festival TransAmériques.

Le spectacle s’est démarqué par le portrait nuancé, lucide et profondément humain qu’il offre d’un conflit armé et de ses conséquences sur les individus et les familles toutes allégeances confondues, par le suspense complexe et la suite incessante de rebondissements imprévisibles qui font d’une ambitieuse saga de quatre heures une pièce captivante et sans aucun temps mort, par la vérité et la conviction du jeu des actrices et acteurs et par le fait d’avoir remporté haut la main le pari du multilinguisme. Notons que Tous des oiseaux, qui a aussi été présenté lors du Carrefour international de théâtre, a également reçu le prix du meilleur spectacle hors Québec lors de la remise des prix de l’AQCT qui a eu lieu à Québec la semaine dernière. 

Les autres finalistes étaient :

LA CONVIVIALITÉ, d’Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, dans une mise en scène de Dominique Breda, Arnaud Pirault et Clément Thirion, une production de Chantal & Bernadette, présentée à la salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier ;

QUASI NIENTE, de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini,une coproduction de A.D, du Teatro di Roma – Teatro Nazionale, du Teatro Metastasio di Pratoet de la Emilia Romagna Teatro Fondazione, présentée à l’occasion du Festival TransAmériques.

Un Prix spécial !

Un Prix spécial a également été remis cette année à TRILOGIE D’UNE ÉMIGRATION du Théâtre des Confettis, du Théâtre Sortie de Secours et du Théâtre populaire d’Acadie, présenté à la Maison Théâtre. L’AQCT veut saluer, par ce prix, la confiance démontrée à l’égard du jeune public en lui proposant un marathon de théâtre de près de huit heures, l’originalité et l’efficacité des activités de médiation organisées entre les spectacles, la qualité des trois contes de Philippe Soldevila – Conte de la Lune, Conte de la neige et Conte du Soleil –, ainsi que l’accueil chaleureux réservé aux enfants et à leurs parents.

Les Prix de la critique remis par l’AQCT

Les Prix de la critique sont remis annuellement depuis 1985, maintenant dans 8 catégories dans chaque ville (Québec et Montréal). Les résultats sont le fruit d’un vote des membres de l’Association québécoise des critiques de théâtre, suivi d’une discussion. L’AQCT compte une trentaine de membres œuvrant dans une vingtaine de médias à Montréal et à Québec.

www.aqct.qc.ca // www.facebook.com/aqctheatre

Catégorie : Actualité Étiquettes : , ,

A propos David Lefebvre

Titulaire d'un DEC en communications, Art et technologie des médias, du Cégep de Jonquière et d'un certificat en communications de l'UQAM, David Lefebvre s'intéresse au théâtre petit à petit grâce à des critiques qu'il doit effectuer pour Planète Montréal, l'émission du retour à la maison de Radio Centre-Ville dont il fut l'animateur du mercredi durant près d'un an et demi. Il fonde, en juillet 2002, MonTheatre.qc.ca, ne trouvant pas de site rassembleur sur le Web. Depuis février 2003, il est membre de l'Association des critiques de théâtre du Québec et a été, pour les années 2007 et 2008, le secrétaire de l'AQCT, puis depuis 2017, vice-président de l'association. Depuis la saison 2015-2016, il est collaborateur de l'émission radiophonique Les enfants du paradis, animée par Robert Boisclair à CKRL, le lundi entre 17h30 et 18h30. David est le fondateur, concepteur, directeur, webmestre, rédacteur en chef, journaliste et critique de MonTheatre.qc.ca.