La liste des gagnant.e.s des Prix de la critique saison 2018-2019 Québec dévoilée

par | 26 novembre 2019

source AQCT
extraits du communiqué

Hier soir, dans le lobby Chez Roland au Théâtre Périscope, l’Association québécoise des critiques de théâtre du Québec remettait ses prix 2018-2019.

Les gagnant.e.s sont :

Dans la catégorie « Jeune public »

ERSATZ; conception et interprétation Julien Mellano; production Collectif AÏE AÏE AÏE, présentation Mois Multi en collaboration avec Casteliers

Dès l’entrée en salle, on sait que Ersatz sera un véritable O.T.N.I. (objet théâtral non identifié). Le Français Julien Mellano et le Collectif Aïe Aïe Aïe offrent aux spectateurs jeunes et moins jeunes une réflexion ludique sur le transhumanisme, mettant en vedette un observateur, un défricheur sociologique. Malgré ses accessoires très low-tech, l’entité fabrique machines et objets pour plonger dans des réalités virtuelles que seulement lui peut voir. Seul le son parvient aux oreilles des spectateurs, médusés. Et l’imagination de chacun s’emballe, se fait son propre théâtre. Dans Ersatz, on refaçonne la réalité ; et Ersatz refaçonne aussi le théâtre jeune public en repoussant les limites de celui-ci, tant le spectacle est à des années-lumière de tout ce qu’on a pu voir jusqu’ici. Un morceau rare, une gemme dans son genre, brillant et audacieux.

Dans la catégorie « Meilleure mise en scène »

OLIVIER LÉPINE pour CHAPITRES DE LA CHUTE – SAGA DES LEHMAN BROTHERS; texte Stefano Massini; production Portrait-Robot.

La mise en scène d’Olivier Lépine transcende l’aridité du texte de Stefano Massini qui se veut un cours d’économie post-industrielle. Grâce au rythme soutenu et à la scénographie modulaire, grâce au jeu des comédiens et comédiennes qui se glissent avec fluidité dans les nombreux personnages du rêve américain, Olivier Lépine nous livre une production remarquable. Musique, éclairage, éléments de décor revenant comme des leitmotiv transhistoriques, connivence des protagonistes, tout converge vers une unité sans faille. Dosant habilement intellect et émotions, Lépine nous offre un spectacle fulgurant nous faisant oublier les quatre heures et demie de la représentation.

Dans la catégorie « Meilleur texte original »

CHARLES FOURNIER pour FOREMAN; mise en scène Olivier Arteau et Marie-Hélène Gendreau; production Mon père est mort

Avec Foreman, Charles Fournier offre un texte bienvenu sur la masculinité et ses impasses. Évitant la caricature, il multiplie les observations sensibles, sans manquer d’humour. À travers les rudesses et les coups bas des personnages, par-delà les seuls clichés de la vie de chantier, son écriture fait preuve de courage, ménageant des ouvertures salutaires. Une fragilité est à l’œuvre, qui est d’autant plus précieuse qu’elle est peu commune : levant les masques sur certaines limites de la virilité, elle réussit à rendre palpable le travail de formatage du milieu, et la nature des entraves rencontrées par quiconque souhaite s’en libérer.

Dans la catégorie « Scénographie »

VANESSA CADRIN, KEVEN DUBOIS pour THE DRAGONFLY OF CHICOUTIMI; production La Bordée

Grâce à un dispositif scénique astucieux, qui évolue et se déploie au fur et à mesure que l’histoire se dévoile, la scénographie de cette pièce réussit à nous surprendre et à nous immerger dans les dédales du cauchemar de Gaston Talbot. C’est une transposition poétique de haut calibre, pourtant simple et efficace dans son clin d’oeil aux popsicles et ses projections surréalistes, qui arrive à imposer une ambiance à la fois angoissante et intrigante. Nous récompensons ici un ensemble d’objets scénographiques cohérent et unique qui, à lui seul, devient un personnage central de sa mise en scène.

Dans la catégorie « Interprétation féminine »

MARIANNE MARCEAU, Christine, la reine-garçon; texte Michel Marc Bouchard; mise en scène Marie-Josée Bastien; production La Bordée.

Impériale, intense et investie.
Sur les planches de La Bordée, Marianne Marceau a donné vie à un personnage fort complexe, naviguant habilement à travers la gamme d’émotions qui habitent ce personnage.
Une femme déterminée, frondeuse, cynique et enragée dans sa quête de vouloir sortir la Suède de sa noirceur. Une femme fragile et vulnérable dans l’intimité.
Elle a réussi à évoquer, avec brio, ces sentiments et ses contradictions.Plus grande que nature, Marianne Marceau a livré une performance immense, explosive et remarquable.

Dans la catégorie « Interprétation masculine »

JACK ROBITAILLE, The Dragonfly of Chicoutimi; texte Larry Tremblay; mise en scène Patric Saucier; production La Bordée

En acceptant le rôle de Gaston Talbot dans The Dragonfly of Chicoutimi, de Larry Tremblay, Jack Robitaille relevait un défi considérable : l’apprentissage rigoureux d’une autre langue et un jeu qui le mettait en danger. Sa prestation fut remarquable. Le comédien est parvenu à faire sentir au public la quête d’identité du personnage, son hésitation entre l’âge adulte et les souvenirs d’enfance, entre le réel et le rêvé, ce chevauchement entre deux langues. Jack Robitaille est parvenu à nous faire vivre toute l’humanité d’un personnage qui nous ressemble.

Dans la catégorie « Meilleur spectacle »

EX-AEQUO :

ANTIGONE; production Le Trident

L’adaptation hautement audacieuse de ce classique de Sophocle mise en scène par Olivier Arteau aura réussi à se graver dans les souvenirs de la dernière saison. L’écriture plurielle féminine de Pascale Renaud-Hébert, Rébecca Déraspe et Annick Lefebvre nous ramène à l’essence d’un personnage mythique fondateur de l’histoire du théâtre. Le tout s’inscrit dans une scénographie qui marque l’imaginaire, comme une œuvre d’art installative qui, à elle seule, est porteuse d’un propos politique fort. Ajoutons à cela une performance sportive de la part de la distribution et la production d’Antigone a tout pour demeurer parmi les relectures réussies de cette dernière année de théâtre.

RASHOMON; production La Trâlée

Il faut parfois sortir des salles de spectacles régulières pour redécouvrir le plaisir de se faire raconter une histoire. Par une intégration très efficace et cohérente de la scénographie dans le décor naturel d’un restaurant, la mise en scène nous surprend par son inventivité. Ce fut un réel plaisir de découvrir cette adaptation des écrits de l’auteur Ryûnosuke Akutagawa et du film primé d’Akira Kurosawa grâce au jeu essentiellement physique des comédiens qui ont réussi à ouvrir grandes les portes de l’imaginaire d’un public agglutiné et attentif du début à la fin. Une adaptation impressionnante qui jongle habilement avec les niveaux de réalité, dans une simplicité qui nous permet de redécouvrir le plaisir de se faire raconter des histoires.

Dans la catégorie « Hors Québec »

TOUS DES OISEAUX; production La Colline – théâtre national

Du jeu de haut niveau et une histoire habilement construite, Tous des oiseaux a été le moment fort du Carrefour international de théâtre. Une œuvre majeure et essentielle sur les questions d’identité et le vivre ensemble.
Une histoire avec des sauts dans le temps, des retours dans le passé et des scènes qui s’imbriquent parfaitement.
Des personnages qui s’expriment dans leur langue, par souci d’authenticité, et le bruit, impressionnant, des avions de chasses qui témoignent d’une réalité oppressante.

GALERIE PHOTOS

www.aqct.qc.ca
www.facebook.com/aqctheatre

Catégorie : Actualité Étiquettes : , , ,

A propos David Lefebvre

Titulaire d'un DEC en communications, Art et technologie des médias, du Cégep de Jonquière et d'un certificat en communications de l'UQAM, David Lefebvre s'intéresse au théâtre petit à petit grâce à des critiques qu'il doit effectuer pour Planète Montréal, l'émission du retour à la maison de Radio Centre-Ville dont il fut l'animateur du mercredi durant près d'un an et demi. Il fonde, en juillet 2002, MonTheatre.qc.ca, ne trouvant pas de site rassembleur sur le Web. Depuis février 2003, il est membre de l'Association des critiques de théâtre du Québec et a été, pour les années 2007 et 2008, le secrétaire de l'AQCT, puis depuis 2017, vice-président de l'association. Depuis la saison 2015-2016, il est collaborateur de l'émission radiophonique Les enfants du paradis, animée par Robert Boisclair à CKRL, le lundi entre 17h30 et 18h30. David est le fondateur, concepteur, directeur, webmestre, rédacteur en chef, journaliste et critique de MonTheatre.qc.ca.