La concordance des auteurs – entretien avec Jérémie Niel

par | 10 décembre 2013

par Gabrielle Brassard

Jusqu’au 13 décembre, La concordance des temps, cette grande histoire d’amour, est présentée à l’Usine C, avec au menu de grosses pointures dans tous les aspects de la production, mais surtout, le désir d’un projet commun.

Jérémie Niel, crédit: photo Ulysse Lemerise-Bouchard

Jérémie Niel, crédit: photo Ulysse Lemerise-Bouchard

La concordance des temps, d’abord un roman d’Evelyne de la Chenelière publié en 2011 (son premier), a été adapté pour le théâtre par Jérémie Niel (Chroniques, Cendres) pour sa présentation à l’Usine C. « Je voulais adapter l’œuvre d’Evelyne pour le théâtre afin de me l’approprier, et y ajouter la liberté théâtrale qui ne se retrouve pas nécessairement dans la littérature », explique l’auteur et le metteur en scène Jérémie Niel.

Le point de départ de ce projet littéro-théâtral? « Evelyne et moi voulions travailler ensemble depuis longtemps. Elle connaissait mon travail, j’avais lu son roman et envie de le porter à la scène, un projet pour l’Usine C est arrivé et nous en avons profité pour concrétiser ce désir », raconte Niel. Plus encore, le metteur en scène voulait voir de la Chenelière comme comédienne. Cette dernière a hésité à être l’héroïne de sa propre histoire, mais Niel l’a convaincue, pour le plus grand plaisir des deux dramaturges. « Elle a vraiment une belle présence sur scène, et c’est vraiment agréable de travailler avec elle », confie Niel. Même chose pour James Hydman, l’homme du couple dans la Concordance des temps. « J’aime être avec un comédien aussi généreux, aussi entier. »

Il semble que les choix pour interpréter ce duo tortueux et amoureux à la fois soient justes. « Il s’agit de personnages complexes, ancrés dans la réalité, mais qui vivent en même temps dans un monde parallèle, dans un univers qui leur est propre », dit Niel. Il affirme également que de la Chenelière s’est consacré, dans le travail pour préparer la pièce, à son rôle de comédienne, et non celui d’auteure. « C’est sûr qu’elle intervenait parfois en tant qu’auteure, mais c’était plutôt un atout. »

La concordance des temps, les 4, 5, 6 et 11, 12, 13 décembre 2013, à l’Usine C