Et si on parlait de 2016… par Olivier Dumas

par | 31 décembre 2015

2016 ! Difficile à croire mais nous y sommes. Après un bilan de 2015, voici ce que quelques collègues de MonTheatre ont à dire sur leurs attentes en 2016.

par Olivier Dumas

raceRace de David Mamet, mise en scène de Martine Beaulne, Théâtre Duceppe, du 17 février au 26 mars 2016

Maître d’œuvre pour entailler et disséquer la rectitude politique qui pollue les civilisations dites démocratiques (Oleanna, Speed-the-Plow), David Mamet ose poser avec Race une question brûlante : comment certains individus peuvent-ils tirer avantage de discriminations dans leurs relations avec le pouvoir et autrui ? Sous la direction d’une Martine Beaulne qui a fait ses preuves dans le théâtre états-unien (Le Doute de John Patrick Shanley chez Duceppe), le résultat saura susciter une réflexion nécessaire.

muliatsMuliats de Charles Bender, Charles Buckell, Marco Collin, Xavier Huard, Natasha Kanapé Fontaine et Christophe Payeur, mise en scène de Xavier Huard, salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier, du 2 au 20 février 2016

Tout comme le Théâtre Ondinnok, les Productions Menuentakuan veulent faire entendre les voix autochtones sur les scènes québécoises. Dans Muliats, un Innu quitte sa réserve pour vivre à Montréal. Dirigée par le comédien Xavier Huard, la pièce aux enjeux identitaires touche des sujets que les médias ont beaucoup abordés ces derniers mois. Le quatuor d’interprètes a coécrit l’histoire traitant de chocs culturels avec le metteur en scène. L’art scénique conciliera-t-il un écho poétique convaincant à un sujet aussi riche et épineux?

1348668834Contes d’enfants réels de Suzanne Lebeau, mise en scène de Gervais Gaudreault, Maison Théâtre, du 9 au 18 mars 2016

Pionnière du répertoire pour le jeune public (Une lune entre deux maisons, Salvador), Suzanne Lebeau voit l’une de ses œuvres revenir sur la scène de la Maison Théâtre. Avec son acolyte Gervais Gaudreault, elle avait réussi en 2011 à dépoussiérer le célèbre Hansel et Gretel dans une relecture très stimulante et contemporaine. Lauréat de prix lors de sa création au début des années 1990, la pièce abordera des questionnements d’une poésie facétieuse qui ne craint pas du tout les accents graves.

poster-televizioneTelevizione de Sébastien Dodge, mise en scène de Sébastien Dodge, Théâtre de Quat’sous, du 11 au 28 avril 2016

«La télévision est un média de masse et en tant que média de masse, elle ne peut que nous commercialiser et nous aliéner», dénonçait l’écrivain-cinéaste Pier Paolo Pasolini dans les années 1960-1970. En 2011, Sébastien Dodge avait écrit et dirigé le très drôle et percutant spectacle La genèse de la rage, portrait d’une certaine décadence de notre société. Dans cette satire sur le rôle du média au pays de Silvio Berlusconi, l’admirateur de l’humour parodique de RBO malaxe la commedia dell’arte et la satire politique.

Prospero_Le_joueur_Jean-François-BrièreLe joueur de Fédor Dostoïevski, mise en scène de Gregory Hlady, Théâtre Prospero, du 26 janvier au 20 février 2016

Fédor Dostoïevski sera en programme double au théâtre de la rue Ontario. En plus de la présentation de L’homme du sous-sol dans la salle intime, nous verrons sur la scène principale une satire des sociétés européennes et une analyse de la dépendance au jeu par le grand écrivain russe. Avec une distribution prometteuse (dont Paul Ahmarani et Évelyne Rompré) le metteur en scène d’origine ukrainienne recevra-t-il un accueil aussi élogieux que pour La noce de Bertolt Brecht, présenté au même endroit en 2011?