Des vedettes jeunesse sur la patinoire de la LNI!

par | 7 mars 2018

Dimanche dernier, fidèle à la tradition, la LNI offrait aux familles son match spécial de la relâche, dans lequel se sont affrontés ses joueurs étoiles et les animateurs de l’émission jeunesse Cochon dingue, de Télé-Québec. Très populaires, ces matchs familiaux se jouent presque chaque année devant des salles combles. Cette fois encore, le public était au rendez-vous pour encourager les improvisateurs. Représentant Télé-Québec, les animateurs Pascal Barriault, Valérie Chevalier,  Marilou Morin et Pascal Morrissette avaient affaire à forte partie avec les très appréciés Pier-Luc Funk (qui a remporté tous ses matchs jeunesse, que ce soit du côté de l’équipe jeunesse ou de l’équipe de la LNI), Guy Jodoin, Marie-Ève Morency et Salomé Corbo.

Après l’hymne national interprété par la jeune chanteuse Éléonore Lagacé (Footloose, Grease…), le match s’est ouvert sur une comparée chantée, Sel et poivre. Un véritable baptême du feu pour les joueurs pour la plupart novices de l’équipe de Cochon dingue; seul Morrissette avait déjà participé à des matchs jeunesse, pour VRAK. C’est d’ailleurs lui que l’entraîneur Christian Laurence a envoyé pour tenter de rafler le point à la joueuse de la LNI Marie-Ève Morency, qui avait livré une solide première impro en incarnant une coiffeuse qui se découvre un cheveu blanc. Premier point pour Télé-Québec!

D’entrée de jeu, il était clair que les joueurs de la LNI n’allaient pas paver la voie vers la victoire à l’équipe de Cochon dingue. De L’empire aux Nouveautés sportives, où on a découvert que l’intimidation deviendra une nouvelle discipline olympique dans quelques années, les joueurs se sont livrés généreusement en première période pour leur public, enthousiaste et attentif. On sentait la nervosité des animateurs de Cochon dingue lors des improvisations comparées, nombreuses en première partie, mais en mixte, les univers des uns et des autres se complétaient bien. Du moins jusqu’à la dernière impro de la période, La place de l’autre, où l’arbitre a servi une pénalité de confusion aux deux équipes, et une de cabotinage à Guy Jodoin. L’équipe de la LNI cumulant trois pénalités, elle a dû accorder un point à Cochon dingue, laquelle a en plus remporté le point de l’impro, égalisant la marque à 3-3.

Pour la suite du match, on a senti les joueurs plus à l’aise, plus en confiance… même dans une mixte sans paroles de 3 minutes, Super ratons, bien servie par Salomé Corbo (LNI) et Pascal Morrissette (Cochon dingue). En ouverture de deuxième période, les deux équipes se sont bien amusées dans la mixte Réparer les amitiés, à la manière d’un conte, dans lequel Pascal Barriault a dû s’excuser à répétition et de façon de plus en plus originales, sous la menace d’un assassin engagé pour le tuer, incarné par Pier-Luc Funk. Autre impro intéressante de la période, la proposition de la LNI pour la comparée Le feu, où un groupe de bobos en camping dans une nature sauvage retourne peu à peu à leurs instincts primaires autour du feu.

Avec un seul point séparant les deux équipes, la troisième période a vu les joueurs tenter de se démarquer davantage. L’équipe de Télé-Québec a même pris brièvement les devants en début de période dans Ma vie en jaune Picasso, grâce à un beau travail d’interprétation de Pascal Morrissette en artiste peintre, soutenu par une Salomé Corbo toujours au service de l’histoire, puis par l’ensemble des joueurs, venus représenter la foule lors d’un vernissage. La salle a manifesté son mécontentement à quelques reprises durant le match, en particulier en troisième période, contestant des pénalités sifflées par l’arbitre. L’expulsion du joueur Jodoin, pour récidive de cabotinage, a même déclenché une pluie de claques. Jouant le tout pour le tout en dernière impro, La fin, avec un score de 8 à 7 en faveur de la LNI, l’équipe de Cochon dingue a envoyé Marilou Morin et son personnage de Corine, tiré de l’émission, ce qui a beaucoup fait réagir le public. Néanmoins, Pier-Luc Funk a conquis la salle avec un western dont il a incarné tous les personnages à lui tout seul (jusqu’à la boule de foin et à l’horloge)! Le jeune improvisateur est toujours aussi impressionnant à voir aller, en parfaite maîtrise de son univers. Marque finale : 9 à 7 pour la LNI, mais l’équipe jeunesse de Télé-Québec n’a certainement pas démérité!

Les étoiles du match

Étoile LNI : Pier-Luc Funk
Étoile Cochon dingue : Pascal Morrissette
Mention Antidote : Marie-Ève Morency

Catégorie : Critiques Impro Étiquettes : , , , ,

A propos Daphné Bathalon

Diplômée de l’École supérieure de théâtre (baccalauréat en art dramatique, profil critique et dramaturgie), Daphné Bathalon a été mise en contact tout au long de ses études avec divers types de spectacles vivants. Elle a ainsi pu explorer plusieurs facettes de la représentation. Plus particulièrement intéressée par le théâtre pour enfants, le cirque, l’improvisation et tout objet théâtral explorant la richesse de langue française et des arts visuels, Daphné souffre également de ce qu’on pourrait appeler un appétit insatiable pour les créations éclatées et le théâtre shakespearien (aucun lien!). Critique pour MonThéâtre depuis 2008, Daphné a aussi publié quelques textes dans la revue Jeu. Depuis quelques années, sa couverture théâtrale pour MonThéâtre s’est étendue aux festivals de théâtre à Montréal et à l’étranger. Elle est devenue membre de l’Association des critiques de théâtre du Québec en 2011.