Christian Essiambre en trois temps

par | 15 janvier 2013

par Gabrielle Brassard

Christian Essiambre, comédien exilé, trois fois plutôt qu’une, s’apprête ces jours-ci à nous raconter sa vie sur la scène principale du Théâtre d’Aujourd’hui. MonTheatre l’a interviewé avant le jour J.

L’écriture

Christian Essiambre, en spectacle

Christian Essiambre, en spectacle – crédit photo Nicola-Frank Vachon

Les trois exils de Christian E., écrit avec la collaboration de Philippe Soldevila, est une nouvelle expérience pour le jeune comédien.

« C’est la première fois que j’écris, et je ne pensais pas spécifiquement écrire ma biographie (surtout pas à 26 ans), mais c’est Philippe qui m’a approché avec cette idée, parce qu’il savait que je venais d’un petit village et que j’avais plein d’histoires à raconter. Moi, j’ai toujours voulu faire un film sur ma vie, parce que j’ai une grande famille, et j’ai vécu plusieurs drames que je voulais raconter. Mais cette pièce est arrivée, et c’est le premier pas vers ça », confie le Christian.

Il explique qu’il a « vraiment écrit le show à deux, debout, donc l’écriture et la mise en scène se sont faites en même temps, mais c’est Philippe qui avait le dernier mot sur la mise en scène. Mais c’était une vraie collaboration. »

Pourquoi sa vie nous intéresserait-elle? « Je pense que c’est une histoire universelle, qui peut toucher tout le monde, même si c’est la mienne. L’exil, c’est un thème que plusieurs connaissent, de quitter son patelin natal pour venir vivre dans une grande ville», dit-il. Il croit que la réalité du comédien qui arrive à Montréal, et qui connait une certaine désillusion, en rejoindra également plus d’un.

Être seul sur scène

« Quand on est plusieurs, les soirs où ça va moins bien, on peut s’accrocher à ses partenaires pour se requinquer, mais quand on est seul, on n’a personne », confie l’Acadien, originaire d’un petit village du nord du Nouveau-Brunswick, McKendrick.

« Au début, c’était très émotif quand je jouais. Ça s’est un peu atténué avec toutes les représentations. Mon défi maintenant, c’est d’aller chercher l’émotion à chaque fois. Je dois me replonger dedans chaque soir », ajoute-t-il.

Jouer à Montréal

Montée à Québec, Les trois exils de Christian E. arrive à Montréal cette semaine. Comment se sent le comédien de venir jouer dans la métropole?

« C’est paradoxal de venir faire ce show à Montréal alors que quand je l’ai écrit, je vivais un «down» ici parce que je n’avais pas de travail. J’ai un petit buzz de stress au début, mais après, je me dis que c’est une place comme une autre, devant des gens comme les autres, à qui je raconte ma vie, et qui peuvent s’y reconnaître autant que tout le monde », affirme le comédien.

Philippe Soldevila et Christian Essiambre ont déjà collaboré pour la pièce Les contes de la lune, qui a remporté le Masque 2006 de la Meilleure production jeune public, le prix Éloizes 2007 spectacle de l’année et le prix ZOF de la Fédération culturelle canadienne-française et du SAIC).

Les trois exils de Christian E. est à l’affiche du Théâtre d’Aujourd’hui, du 15 janvier au 2 février 2013.