Archives de l’auteur : Daphné Bathalon

A propos Daphné Bathalon

Diplômée de l’École supérieure de théâtre (baccalauréat en art dramatique, profil critique et dramaturgie), Daphné Bathalon a été mise en contact tout au long de ses études avec divers types de spectacles vivants. Elle a ainsi pu explorer plusieurs facettes de la représentation. Plus particulièrement intéressée par le théâtre pour enfants, le cirque, l’improvisation et tout objet théâtral explorant la richesse de langue française et des arts visuels, Daphné souffre également de ce qu’on pourrait appeler un appétit insatiable pour les créations éclatées et le théâtre shakespearien (aucun lien!). Critique pour MonThéâtre depuis 2008, Daphné a aussi publié quelques textes dans la revue Jeu. Depuis quelques années, sa couverture théâtrale pour MonThéâtre s’est étendue aux festivals de théâtre à Montréal et à l’étranger. Elle est devenue membre de l’Association des critiques de théâtre du Québec en 2011.

FIAMS 2021 : Quatre jours et 18 représentations plus tard…

« Pour ma dernière journée au FIAMS, j’ai décidé de prendre ça relax… » Non, je rigole! Pourquoi passer la semaine au festival si ce n’est pas pour en profiter pleinement? De 10h à 22h, mon vendredi a été plus que chargé, me faisant sortir d’un univers esthétique pour me plonger aussitôt dans un autre, totalement différent. Des souvenirs d’une petite réfugiée à un étrange cauchemar poilu, en passant par de longs jours en mer aux côtés d’un tigre, par les quatre saisons d’un éléphant rose et par les notes éclatées d’un piano-castelet, l’espace et le temps se sont plus d’une fois contractés au cours de cette journée.

Lire la suite...

FIAMS 2021 – S’apprivoiser au troisième jour

En cette troisième journée du festival, il faut l’avouer, j’ai un peu fait l’école buissonnière, question d’avoir le temps d’écrire sur les spectacles vus la veille. C’est qu’on en voit, en une seule journée ; à la fin du circuit, j’ai la tête qui dodeline. Il s’en est fallu de peu, d’ailleurs, qu’en fermant les yeux en après-midi, je dorme jusqu’au lendemain : pas facile la vie de festivalière! Ce jeudi fut malgré tout bien rempli. Dès le matin, j’ai eu le temps de m’envoler avec la nouvelle proposition du Théâtre à l’Envers, puis de visiter une exposition où le minuscule s’évadait dans des décors familiers. En soirée, j’ai observé la quête identitaire d’une statue puis assisté à une courte forme presque charnelle.

Lire la suite...

FIAMS 2021 – Au deuxième jour, suivez les flèches

Pour cette deuxième journée, le FIAMS m’a réservé tout un programme, qui commence dès 9h30 avec les jolis mots et images de Sylvie Gosselin et se termine avec les concepts scientifiques savamment vulgarisés par Antonia Leney-Granger, tout en faisant un arrêt poétique pour les rêveries fantaisistes des Sages Fous. Un long parcours à la rencontre d’êtres iconoclastes issus d’esprits fertiles. En route!

Lire la suite...

FIAMS 2021 – Premier jour au royaume de la marionnette

Bien installée dans ma chambre d’hôtel à Chicoutimi, j’attends le décollage imminent de mon premier Festival international des arts de la marionnette. Le temps maussade et frais n’invite guère à l’exploration de la ville, plutôt tranquille par ailleurs, mais la magie de la marionnette viendra égayer tout ça! Ma première journée en ce royaume se déroulera sous les auspices épiques de Furioso et celles poétiques d’Acupunk.

Lire la suite...

Complètement Cirque – «Six°» : Après la pluie…

Aux gais pépiements d’oiseaux qui accueillent le public de la TOHU à l’entrée en salle succède bientôt le torrent d’une averse et même le grondement d’un orage, alors que la porte de la maison sur scène s’ouvre pour laisser entrer un premier naufragé. À l’aube de leur 10e anniversaire, et à l’occasion de leur 100e représentation à la TOHU, FLIP Fabrique nous convie à une nouvelle création absolument adorable.

Lire la suite...

Complètement Cirque – Cabaret Yam! : Encore!

Alors qu’il pleut à torrents dehors en cette première soirée de Montréal Complètement Cirque et que le mois de juillet prend des allures automnales, c’est la chaleur guinéenne qui règne sous le chapiteau dressé à trois pas de la TOHU. Accueillis à bras ouverts par le maître de cérémonie Yamoussa Bangoura, au sourire étincelant, les spectateurs sont rapidement plongés dans une ambiance festive qui ne s’essouffle pas un instant pendant toute l’heure de la représentation.

Lire la suite...

FTA 2021 – Dans le nuage : Qui sommes-nous?

Cinq ans après nous avoir invités à explorer les confins de notre identité biologique et numérique (et de la frontière floue entre les deux) avec Siri, aussi créé au FTA, c’est dans les confins du cosmos que Laurence Dauphinais et Maxime Carbonneau nous propulsent, à la suite des sondes spatiales Voyager, à la rencontre de l’inconnu et aussi, et surtout, de nous-mêmes.

Lire la suite...

FTA 2021 – Je suis une maudite sauvagesse : Les solitudes

En invitant une voix autochtone à faire son nid au creux de la programmation 2021 du Festival TransAmériques, Martin Faucher ne se doutait probablement pas de l’importance que prendrait cette porte ouverte. La scène québécoise, qui s’ouvre elle-même de plus en plus aux membres des Premières Nations, est le lieu tout désigné pour entendre ce qu’ils ont à nous dire, pour les écouter vraiment et commencer à se comprendre. La série Les lectures Port-Royal, qui fera aussi entendre Réjean Ducharme et Pierre Lefebvre, est l’occasion de s’interroger sur les rapports d’oppression sur lesquels notre société s’est construite.

Lire la suite...

FTA 2021 – Un temps pour tout : Liberté créatrice

Planté sur la grande scène du Théâtre Maisonneuve, le plateau ouvert et convivial d’Un temps pour tout, de Sovann Rochon-Prom Tep, invite le public à la détente. La production crée un environnement chaleureux où se poser pour un moment et se mettre à l’écoute des rythmes et des courants qui nous traversent à chaque instant.

Lire la suite...

FTA 2021 – La Goddam Voie Lactée : Nous sommes f*cking awesome

Rose, la couleur par excellence pour représenter la femme, avec tout ce que ce choix charrie en fait de clichés et de lieux communs. Rose, les éclairages. Roses, les combinaisons uniformes portées par les interprètes. Rose, qui devient couleur de corps et de parole, de diversité de formes, de préférences et d’acceptation, même à travers l’inachèvement ou la douleur.

Lire la suite...